Les interruptions de grossesses. Colloque international organisé par le mouvement français pour le planning familial

Mots-clés : Avortement, I. V.G., Planning familial, Santé

1978

Cote : INTE

Des femmes et des médecins de nombreux pays confrontent leur expérience et leurs recherches sur les différentes méthodes d’I.V.G. les conditions médicales, techniques et psychologiques nécessaires pour redonner aux femmes le contrôle de leur corps et de leur sexualité. A travers les différentes communications et les débats, il y a eu autant de non médecins qui ont voulu connaître ce que jusqu’ici on appelait les techniques médicales, que de médecins qui ont appris quelque chose grâce aux pratiques marginales de celles que l’on appelle ordinairement « clientes » ou « patientes ». Cette confrontation dont l’objectif était d’aider à améliorer les conditions des pratiques d’I. V. G. a rappelé qu’il n’y a de liberté que s’il existe les moyens de l’exercer. Table ronde I: Les interruptions volontaires de grossesses avec anesthésie Table ronde II: Les interruptions volontaires de grossesses sans anesthésie Table ronde III: Les pratiques ambulatoires Table ronde IV: L’anesthésie Table ronde V: Les interruptions de grossesses tardives et les avortements thérapeutiques Table ronde VI: Contraception et interruption volontaire de grossesse

1978
24 X 16 cm, 186 p.
Editions tierce

Mairies frappées d’autogestion

Mots-clés : autogestion, Communes, Décentralisation, Service public

1978 • WARGNY Christophe

Cote : WARG

CHRISTOPHE WARGNY nous a fait vivre une expérience unique avec son premier livre, écrit en 1976. Il y esquissait la richesse d’imagination et de ressource militante d’hommes et de femmes pour lesquels voter ne suffit pas à transformer la vie de la cité… Louviers : sur la route de l’autogestion ?. c’était une défense et illustration de l’autogestion, mais aussi des questions, un rendez-vous avec l’histoire. Et l’histoire s’écrivait sous nos yeux. 1977, les élections municipales confirmaient l’autogestion… espérance diffuse et cependant profonde au point de séduire, en apparence au moins, ses ennemis d’hier. La coqueluche autogestion ? Maladie d’utopie ? Remède immunisant contre les bureaucrates, les notables et les étroits d’esprit ? Est-on frappé par elle comme on l’est par la grâce ? Est-on frappé par elle comme on l’est par la peste ? Ou ni l’un ni l’autre ? Mairies frappées d’autogestion, c’est une enquête autant qu’une quête. Pour elles, CHRISTOPHE WARGNY a pris son bâton de pèlerin, a sillonné la France du Haut-Rhin en Vendée en passant par le Gers, le Nord, le Doubs, la Seine-et-Marne ou la région parisienne. Il vous parle de COUPVRAY, de LA ROCHE-SUR-YON, de L’ISLE-JOURDAIN, de LOUVIERS, de LUTTERBACH, de MARLE, de MONS-EN-BÀRCEUL ou de VANDONCOURT avec ce même amour pour des hommes et des femmes qui y croient et agissent pour rendre le pouvoir aux citoyens. Mais l’humour est présent, comme un signal : attention, travaux ; attention, autogestion. Mairies frappées d’autogestion, c’est, enfin, un souffle d’unité dans l’action, face aux problèmes communs. S’y retrouvent des maires, des adjoints ou bien des conseillers venus d’horizons différents, du C.E.R.E.S., du P.C.F., du P.S. et du P.S.U. L’unité n’est pas l’uniformité. Ici est reconnue la différence.

WARGNY Christophe
1978
19 x 12 cm, 184 p.
Syros

Nestlé contre les bébés? Un dossier réuni par le Groupe de travail tiers monde de Berne.

Mots-clés : Alimentation, Nestlé, Santé, Tiers-monde

1978 • Groupe de travail tiers monde traduit de l’allemand par Patrick Démerin

Cote : NEST

Depuis de nombreuses années, des médecins spécialistes des maladies infantiles, dans les pays africains notamment, attiraient l’attention des organismes internationaux sur les dangers et conséquences des méthodes des firmes alimentaires sur la santé des nourrissons. Nestlé. la plus importante de ces multinationales, est aussi celle qui a les méthodes de vente les plus agressives : des infirmières engagées pour vanter les mérites des produits Nestlé au lieu de conseiller l’allaitement maternel, presque toujours possible et souhaitable ; des messages publicitaires assenés sur les ondes africaines à longueur de journée pour faire la promotion de ces mêmes produits ; des affiches et des dons (biberons, produits, cartes de santé avec photos couleur de «bébé nestlé») pour les hôpitaux. Cet exemple illustre bien la nécessité pour les grandes firmes multinationales d’étendre toujours plus leur sphère d’activité marchande au mépris des nécessités réelles des pays concernés, qui ne sont même pas consultés. Biberons, tétines et lait en boîte exigent pour leur utilisation des précautions hygiéniques — conservation, température, asepsie, usage de divers appareils ménagers — adaptées au mode de vie occidental ; transplantés, ces produits deviennent pour les nourrissons des instruments pathogènes, voire meurtriers. Ces témoignages, cette accusation contre Nestlé, d’abord publiés en anglais, ont été répercutés en Suisse et en Allemagne par le Groupe tiers monde de Berne, sous le titre « Nestlé tue les bébés », ce qui lui valut un procès de la part de la firme. Le présent ouvrage, outre le fait qu’il réunit tous ces dossiers et contient les actes du procès, montre un aspect nouveau et efficace du combat anti-impérialiste.

Groupe de travail tiers monde traduit de l’allemand par Patrick Démerin
1978
22 X 13,5 cm, 200 p.
François Maspero / Presses universitaires de Grenoble. Cahiers libres 348

L’empire éclaté. La révolte des nations en URSS.

Mots-clés : Nationalisme, Russie, URSS

1978 • Hélène CARRERE D’ENCAUSSE

Cote : CARR

Son titre, et plus encore l’image « éclatée » qui l’illustre, dramatise à l’excès un livre que marquent à la fois la rigueur et la prudence de la démarche historique. Il y apparaît que l’éclatement est tout au plus potentiel. Le fait que les explosifs sont en place depuis si longtemps pourrait être, somme toute, rassurant quant à l’explosion, s’ils n’avaient été soudain réactivés dans les dernières années, et selon une dynamique propre à bouleverser l’avenir. Historien confirmé de l’Union soviétique, Mme Hélène Carrère d’Encausse excelle ici à décrire le dessin constant qui, depuis 1917, a animé les dirigeants, à travers des oppositions, contradictions, virages et retours dont les aspects spectaculaires ont pu tromper l’observateur ; superficiel. Au moment où il ouvre la « prison des peuples » qu’était l’empire des tsars, Lénine saisit l’occasion de mettre les nationalités, dont il ne se soucie guère, au service de la révolution prolétarienne, laquelle n’est nullement le moteur de ces nations soulevées. L’empire, alors, a bel et bien éclaté. Mais Lénine voyait, dans ces nations libres et égales – y compris la nation russe – une étape nécessaire, aussi longue qu’il faudrait, vers leur dépérissement spontané. L’avenir montrerait ce qu’il en est de ce dépérissement, comme de celui de l’Etat.

Hélène CARRERE D’ENCAUSSE
1978
24 X 15 cm, 318 p.
Flammarion

1 6 7 8 9 10 20