L’imaginaire de la Commune

Mots-clés : Commune, Imaginaire, Solidarité

2015 • ROSS Christine

Cote : ROSS

Cet ouvrage a été publié avec l’aide de la Direction du livre de la région Ile-de-France et du Centre national du livre; Kristin Ross L’imaginaire de la Commune Traduit de l’anglais par Étienne Dobenesque William Morris, Élisée Reclus, Pierre Kropotkine : ce ne sont pas les premiers noms qui viennent à l’esprit s’agissant de la Commune de Paris. S’ils tiennent dans ce livre un rôle important, c’est que pour Kristin Ross, la Commune déborde l’espace-temps qui lui est habituellement attribué, les 72 jours écoulés et les fortifications sur lesquelles elle a combattu. L’Imaginaire signifie que cet événement révolutionnaire n’est pas seulement international mais qu’il s’étend bien au-delà du domaine de la politique, vers l’art, la littérature, l’éducation, la relation au travail. Ce n’est pas un hasard si les trois personnages principaux du livre sont un poète-artiste, un géographe et un scientifique-anarchiste russe : la Commune n’est pas un simple épisode de la grande fable républicaine, c’est un monde nouveau qui s’invente pendant ces brèves semaines, un monde qui n’a pas fini de hanter les uns et d’inspirer les autres. Kristin Ross est professeur de littérature comparée à la New York University.

ROSS Christine
2015
20 X 13 cm, 192 p.
La fabrique éditions

La laïcité. Solutions d’hier, problèmes d’aujourd’hui.

Mots-clés : Blasphème, Charte des Droits, Culte, Enseignement, Interdits, laïcité, Mariage, Services publics, Vêtement

2015 • MIAILLE Michel

Cote : MIAI

Laïcité, un terme au sort contradictoire. Longtemps contestée mais devenue principe constitutionnel consensuel, elle reste méconnue, mal comprise et objet de toutes les manipulations. D’où la nécessité de revenir sur l’histoire, avec ses avancées et ses reculs, ses principes et leur application complexe, la réalité et les discours. Alors, les textes qui depuis la loi de 1905 ont précisé cette norme de la vie sociale révèlent toute leur valeur. Mais il faut aborder aussi ce qui, aujourd’hui, pose problème : tout d’abord, une connaissance exacte et non fantasmée des rapports sociaux actuels ; ensuite, la place des religions et de leurs revendications ; enfin, les réponses à donner, marquées par l’intelligence et non le rejet. Car la laïcité n’est pas exclusion mais d’abord principe de liberté et d’égalité dans le respect de l’ordre public. Avec la reproduction de textes de référence, souvent oubliés, cet ouvrage de réflexion intéressera les étudiants, les enseignants, les responsables associatifs et spécialement ceux de l’éducation populaire, mais aussi les agents des administrations et des entreprises. Michel Miaille est professeur honoraire à la Faculté de droit de l’Université Montpellier I. II est l’un des fondateurs du Mouvement « Critique du droit », auteur d’Une introduction critique au droit, traduite en plusieurs langues, et militant associatif, notamment à la Ligue de l’Enseignement.

MIAILLE Michel
2015
12 X 8 cm, 316
Dalloz

Pour une politique de la relation. Quel monde désirons-nous?

Mots-clés : Altérité, Cultures, Echange, Héritages, Identité, Relation

2015 • Collectif

Cote : POLI

Plusieurs associations, compagnies d’artistes, des chercheurs et d’autres personnes, se sont retrouvés depuis avril 2013 pour cheminer autour de cette question : « Altérité, Universalité : quel monde pour demain ? » Nous savons que chaque mot de cette phrase doit être interrogé en tenant compte de l’analyse que les uns et les autres font de l’état du monde contemporain, mais aussi que certains usages aujourd’hui usurpent ces mots et les dénaturent. Nous-mêmes, nous avons procédé à de nombreuses modifications avant d’arriver à une entente. Le texte qui suit ne reflète pas forcément la pensée précise ou plus nuancée de chaque signataire. Cette convergence intervient cependant dans un contexte de crise sociétale sur laquelle nous partageons cette idée de tond : le Divers de nos sociétés est une richesse et le nouvel horizon de nos cultures. Il devrait donc être une priorité dans l’agenda des citoyens et des politiques publiques. Le chantier que nous inaugurons ainsi, avec ce texte, repose sur des enjeux d’espérances collectives, car nous pensons que « le Monde n’est pas seulement à habiter mais aussi à inventer » (Patrick Chamoiseau). Nous espérons que celles et ceux qui se retrouvent dans ce texte le signeront et nous rejoindront pour lui donner des perspectives d’actions.
Contributions de : Marcel Beauvoir, Emmanuel Terray, Abdellatif Chaouite, Charlotte Dementhon et Claire Ichou, La Maison des Passages, Yolande Bacot, Guillemette Grobon, Alain Girod, Marc Villarubias, Elisa Boutin et Farid Righi, ISM Corum, Xavier de la Selle, Sokhna fati Hazikkon-Fall, Jean-Claude Barthez, Jeanne Gilbert, Ganda Camara Raddho, Patrick Chamoiseau.

Collectif
2015
21 X 15 cm, 112 p.
Maison des passages

La légende du demi-siècle 2 – Les années floues (1940-1975)

Mots-clés : Laude, Poésie

2015 • LAUDE André . Frontispice de Jacques Basse

Cote : Boîte CUZ-LAU

Un jour qu’il remettait au journal Le Monde la nécro d’une personnalité en vue, il croisa l’intéressé dans les couloirs. Surpris de voir vivant quelqu’un qu’il venait d’enterrer, il faillit, me confia-t-il, lui présenter ses condoléances. Poète, homme à tout faire du journalisme André Laude a collaboré à de nombreux périodiques… En 1975, Les Nouvelles littéraires, décident, pour faire peau neuve, de réaliser un numéro spécial, une espèce d’anthologie succincte des arts et des lettres. L’idée est bonne, encore faut-il trouver quelqu’un qui soit capable, pour une somme modique de la mener à bien dans des délais très brefs. « Ils m’ont mis en perfusion avec une caisse de bière et quelques sandwichs et vogue la galère. J’ai travaillé sans discontinuer pendant trois jours, les feuillets partaient à l’imprimerie, sans que j’ai le temps de les relire, la commande portait sur un numéro, j’en ai livré deux ». La Légende du demi-siècle, qui circule depuis lors comme un Samizdat, serait née ainsi, dans l’urgence et la précipitation. Cette balade à travers cinquante ans de peinture, de musique et de littérature, passe en revue tous les courants, tous les mouvements qui ont enrichi la vie culturelle de 1920 à 1975. Ruiné par l’alcool et la solitude, André Laude est mort à Paris en Juin 1995 dans le plus total dénuement. Quelque temps avant, il écrivait : « Toute ma vie, avec ma poésie, j’ai tissé un manteau de misère et maintenant ce manteau de misère me ronge les os ».

LAUDE André . Frontispice de Jacques Basse
2015
21 X 12,5 cm, 88 p.
Levée d’encre

1 12 13 14 15 16 89