Stratégies des mouvements féministes face aux défis politico-religieux dans les conférences mondiales onusiennes de 1990 à 2005

Mots-clés : laïcité

Juin 2016 • Monique Dental

« Le développement des mouvements politico-religieux, les silences et les complaisances qu’ils rencontrent ont pour conséquence un indéniable recul des droits des femmes et des droits humains en général. Face à ces attaques, frontales ou insidieuses, des associations féministes ont résisté ; elles ont combattu et continuent de le faire en affirmant leur exigence de liberté et d’égalité ». Les contributions du Forum Alternatif des ONG de femmes et de féministes à la Conférence mondiale onusienne sur les droits des femmes, à Huairou en août 1995 ont permis de dresser un état des lieux des exactions intégristes à l’encontre des femmes dans le monde, de constater les limites du droit international face à la revendication d’un statut de réfugié politique pour fait de sexisme, de mettre en cause les codes de statut personnel qui régissent la vie de millions de femmes dans le monde. Le Forum a revendiqué pour toutes les femmes vivant en France les mêmes droits, le retrait des mesures discriminatoires imposées par les lois musulmanes. Cependant l’infiltration des forces politico-religieuses au coeur même des espaces de résistances et d’alternatives à l’échelle de l’Europe et du monde renforce l’avancée des intégrismes au niveau international.

Les forums sociaux

Mots-clés : diversité, laïcité, lien social

12 Mai 2016 • Gustave Massiah, Carine Delahaie

 

Les forums sociaux mondiaux prolongent et renouvellent les formes d’expression du mouvement altermondialiste, qui renouvelait lui-même les mouvements d’émancipation précédents (mouvement ouvrier, mouvement paysan, mouvement des femmes…). En 2009, les forums ont abordé la question de mesures immédiates (contre les paradis fiscaux, pour l’annulation des dettes illégitimes…), mais aussi celle d’une transition sociale, écologique et démocratique. Aujourd’hui le processus est confronté à la question de savoir comment partir de la différenciation des stratégies de chacun pour construire quelque chose de commun. Pour Gustave Massiah, la situation actuelle oblige à une réinvention nécessaire de ces forums, dont la particularité est de partir des points de vue des mouvements sociaux.

Gustave MASSIAH, est membre fondateur du Cedetim (Centre d’études et d’initiatives de solidarité internationale) et de IPAM (Initiatives pour un autre monde), ancien vice-président d’Attac et ancien secrétaire général de la Ligue pour les droits et la libération des peuples, coorganisateur de plusieurs Forums Sociaux Mondiaux.

Femmes solidaires a participé aux forums sociaux européens de 2001 à 2006 (Florence, Paris, Athènes), dans lesquels se sont trouvées posées, à travers les batailles pour les droits des femmes (contre la prostitution, pour l’avortement et la contraception, l’égalité femmes-hommes, la laïcité…), les questions de la place de la démocratie dans le développement des mouvements, des rapports entre luttes féministes et luttes anti-impérialistes, entre luttes pour les droits des femmes et lutte des classes, entre radicalité et violence.

Carine DELAHAIE est militante féministe, responsable de Femmes Solidaires (mouvement féministe et de transformation sociale), rédactrice en chef de Clara Magazine.

Travail féminin : les dommages de la précarité

Mots-clés : Emploi, Temps partiel

6 Novembre 2015 • Margaret Mariani

Réfléchir et explorer la situation du travail féminin c’est avant tout se plonger dans la réalité de la précarité et de ses conséquences sur les conditions de vie, plus particulièrement des femmes. La précarité du travail et de l’emploi est une réalité sociale envahissante et multiforme. C’est une question sociale essentielle. Elle touche les femmes plus que les hommes et elle les touche par des voies différentes. La précarité est le fil rouge pour comprendre le paradoxe de la place des femmes dans le monde du travail contemporain. Margaret Maruani explique que la précarité est productrice de discriminations en tous genre. Elle vient re-créer des écarts, des inégalités, des disparités : entre hommes et femmes et entre les femmes elles mêmes. L’auteur envisage trois axes de réflexion et d’analyse :
1. Les précarités masculines et féminines : les formes de précarité qui affectent les hommes comme les femmes, mais de manière différente ;
2. Les précarités réservées aux femmes ; Configurations européennes – l’exception française
3. Le résultat des courses : pauvreté, sous-emploi, bas salaires et petites retraites.

Margaret MARUANI, née à Tunis, est une sociologue française, directrice de recherche au CNRS. Elle dirige la revue Travail, genre et sociétés depuis sa fondation en 1999 ainsi que le Réseau de recherche international et pluridisciplinaire MAGE «Marché du travail et genre». Elle a, notamment, écrit : Travail et emploi des femmes et dirigé : Travail et genre dans le monde. L’état des savoirs.

Voir et savoir la contradiction des égalités

Mots-clés : Démocratie sociale, Féminisme

Septembre 2015 • Geneviève Fraisse

Comment penser l’égalité des sexes en échappant aux pièges de l’identité des sujets ou des normes de la domination ? Sans aucun doute il ne faut pas que penser, mais aussi se poser la question du comment penser ? Car le vrai problème est celui de l’historicité, face à la volonté répétée de mettre les sexes hors du temps politique. Que le monde soit sexué oblige à reconnaître la contradiction démocratique qui s’attache toujours à l’égalité des sexes. Reste à éclairer cette contradiction avec de nouveaux outils conceptuels, ceux qui nomment ces difficultés comme autant de tentatives pour fabriquer «leur» histoire.

Geneviève FRAISSE est philosophe et historienne de la pensée féministe. Directrice de recherches émérite au CNRS, elle a dispensé à Sciences Po un cours de philosophie Pensée des sexes et démocratie  dans le cadre de PRESAGE (Programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre). Elle a été déléguée interministérielle aux droits des femmes de 1997 à 1998 et députée au parlement européen de 1999 à 2004, élue sur la liste Bouge l’Europe !  menée par Robert Hue.
Elle a publié, notamment, Muse de la raison, démocratie et exclusion des femmes  (1989, Folio-Gallimard 1995), Les femmes et leur histoire  (1998, Folio-Gallimard, 2010),  Les deux gouvernements : la famille et la cité  (Folio, Gallimard, 2000), Du Consentement  (Seuil, 2007),  A côté du genre, sexe et philosophie de l’égalité , Le bord de l’eau, 2010), Les excès du genre : concept, image, nudité  (Editions Lignes, 2014)

1 2 3