L’autogestion

Mots-clés : autogestion

1973 - 15-31 juillet

Cote : PSU-DOC

Série Fiche militante – Argument-riposte – Comment utiliser cette fiche ? – Quand se passe l’autogestion ? Aujourd’hui ou après la révolution ? – Est-ce qu’on peut arriver à l’autogestion par petits bouts ? – Dans la société socialiste, quel est le rôle de l’Etat central ? – Dans le socialisme autogestionnaire, qui dirige ? – Les travailleurs sont-ils capables de diriger la société ? – Aujourd’hui, l’autogestion qu’est-ce que cela veut dire ? – Le PSU est-il la seule organisation révolutionnaire à parler de l’autogestion ? – Quel peut être le rôle de la CFDT ?

050
1973 – 15-31 juillet
29,7 x 21 cm, 8 p.

L’outil des travailleurs n° 8. CFDT

Mots-clés : autogestion, CFDT, Larzac, Palestine, Paysans travailleurs, PC, PS

1972 - Octobre

Cote : Outil

– Où va la CFDT. Points de repères sur la CFDT depuis le 35° congrès. Vers un syndicalisme politique de masse ? Problèmes en débat dans la CFDT. Des militants de base contre l’appareil – Le programme commun PC-PS : quelle signification pour les travailleurs ? – Palestine vaincra. – Grève des FJT : bilan provisoire. Au FJT de Clichy. – Rencontre avec des paysans travailleurs. – Le Larzac tient bon. – Autogestion ou contrôle ouvrier.

8
1972 – Octobre
31 x 16 cm, 24 p.

Du contrôle ouvrier au pouvoir des travailleurs vers l’autogestion

Mots-clés : autogestion, Contrôle ouvrier

1968 - 15 novembre • François Dalbert (Jacques SALLOIS est responsable de la rédaction, de 1968 à 1972, sous le nom de François DALBERT)

Cote : PSU-DOC

Série perspectives socialistes 1. Le contrôle des travailleurs et la contestation du système capitaliste 2. Le pouvoir des travailleurs et le renversement du système capitaliste 3. L’organisation de l’autogestion dans le cadre d’un pouvoir socialiste.

François Dalbert (Jacques SALLOIS est responsable de la rédaction, de 1968 à 1972, sous le nom de François DALBERT)
001
1968 – 15 novembre
29,5 x 20,8 cm, 8 p.

Naville

Mots-clés : autogestion, Automation, marxisme, UGS

Janvier 2017 • Alain Cuenot

Pierre Naville né le 1er Février 1904 à Paris, décède le 24 Avril 1993 à Paris. Il a participé à tous les débats qui ont agité la gauche révolutionnaire et le monde des lettres et des sciences des années vingt aux années 1990. Surréaliste, trotskiste, il anime la Nouvelle gauche après 1945. En 1960 il participe à la fondation du PSU. Pierre Naville défend une pensée socialiste moderne et pluraliste reposant sur l’union des forces de gauche communistes et non communistes. Face au pouvoir gaullien et son capitalisme d’Etat, il revendique dès les années soixante un contrôle ouvrier de la production nationale, l’application des 35 heures, la retraite à 60 ans et jette les bases d’une première forme de pratique autogestionnaire.

En tant que sociologue du travail, il est critique sur les conséquences de l’automation pour la classe ouvrière : il met l’accent sur les dangers d’une telle évolution technique asservissant gravement le salarié dans l’entreprise.

Biographie présentée par Alain Cuenot, historien, spécialisé en histoire contemporaine, réédite l’ouvrage qu’il a publié en 2007 : Pierre Naville (1904-1993), biographie d’un révolutionnaire marxiste. Cette biographie a été présentée au cours d’une rencontre débat à L’institut Tribune Socialiste le 12 Janvier 2017.

1 2 3 4 28