Le travail du care : évolutions et problèmes

Mots-clés : Politique familiale, Santé

21 septembre 2017 • Laurent Fraisse

La définition du travail du care ne peut être réduite au seul soutien de la personne fragile. Pour de nombreux auteurs il faut le mettre au centre d’un projet de société et le penser comme une politique de justice sociale.
Laurent Fraisse présente ici une analyse socio-économique des services de protection sociale en faveur des personnes les plus fragiles : petite enfance et personnes âgées.
Il analyse les combinaisons entre les différentes possibilités de prise en charge : famille, droits sociaux, bénévolat, associations, travail au noir, services marchands. Il montre comment les inégalités de genre ou de classes sociales, la mondialisation, l’approche gestionnaire sont très présents dans le travail du care. Il souligne que la question n’est pas posée en terme politique ni intégrée dans un projet de société incluant comme un droit, la création d’un 5ème pilier du risque social.

Laurent FRAISSE est membre du Laboratoire Interdisciplinaire pour la sociologie Economique (LISE/CNAM/CNRS) et de l’IRIS (Institut francilien Recherche Innovation Société)

Les mouvements en mouvement – Débats de l’ITS N°7

Mots-clés : Démocratie, femmes, lien social, Militantisme

Juin 2017 • Jacques Ion, Gustave Massiah, Catherine Delahaie, Françoise Picq, Anne-Cécile Mailfert, Odile Jouanne, Philippe Domergue, Patrick Farbiaz

Les contributions proposées dans ce numéro s’inscrivent dans le cadre général de la réflexion que nous avons entreprise sur la crise du lien social et de la démocratie.
Depuis quelques temps, nous assistons à de nombreux déplacements des modes d’action et de mobilisation, de formes et de moyens d’action. Tout laisse à penser que dans l’avenir ces mouvements se développeront et s’intensifieront, rendant difficile la perception des repères et des perspectives.
Est-à-dire pour autant que l’horizon ne laisserait entrevoir que le développement de démarches individuelles, au mieux de groupement éphémères, sans perspectives sociales communes, donc – pour reprendre le titre d’un ouvrage d’Alain Touraine – « la fin des sociétés ? ».
Ne faut-il pas considérer plutôt que le paysage militant s’est renouvelé, que les façons de militer ont changé, remettant en question le couple action collective de masse/ relais sur la sphère politique ?

Textes :

Jacques ION : Les modalités contemporaines de l’engagement

Gustave MASSIAH : L’engagement dans la solidarité internationale. Les forums sociaux modaux

Carine DELAHAIE : Femmes solidaire et le Forum social européen. Fémininisme et désillusions

Françoise PICQ : Les évolutions du mouvement féministe

Odile JOUANNE : Le réseau Education Sans Frontières :  Pour protéger les mineurs migrants scolarisés. De l’individu au collectif

Philippe DOMERGUE : Versailles. Des collectifs de bénévoles citoyens pour les migrants

Patrick FARBIAZ : Nuit Debout ou le film d’une génération

La gauche en question (1)

Mots-clés : Partis politiques - crise

18 Mai 2017  • Henri Rey

La Gauche Aujourd’hui : quels approches du politique aujourd’hui ?
Les diverses élections et consultations démocratiques en cours en France, en Europe et dans le monde, portent à chaque fois sur des enjeux spécifiques, mais elles ont en commun de faire apparaître un certain nombre de problématiques fondamentales qui méritent d’être débattues : la crise des partis de gouvernement et de façon plus générale la distance entre les citoyens et les partis, la montée des partis autoritaires, la possibilité ou non de constructions alternatives aux systèmes actuels…

Henri Rey est directeur de recherches à Sciences po. Ses recherches portent notamment sur les comportements politiques et le militantisme de partI. Les enquêtes menées depuis 30 ans montrent une crise des partis à plusieurs niveaux : une crise de confiance et de crédibilité (la méfiance à l’égard des partis est le sentiment dominant), une crise de légitimité (le citoyen est de plus en plus critique, l’exécutif de plus en plus impopulaire), une crise d’efficacité (les partis apparaissent moins dynamiques et mobilisateurs que les syndicats, les associations, les mouvements émergents).

La crise de l’identité de la Gauche apparaît d’autant plus forte que les anciennes formes d’alliance (du type « Gauche plurielle ») n’apparaisent plus possibles aujourd’hui, compte tenu des failles du personnel politique et surtout de l’inexistence d’un projet poltique spécifique ; la Gauche ne parvient plus à se distinguer d’un « centrisme européen », à être associée à l’idée de possibilités de conquêtes pour les travailleurs. D’où la rupture avec les ouvriers, rupture qui s’étend aujourd’hui à d’autres catégories, classes moyennes et cadres notamment.

Les voies explorées par les nouveaux mouvements ont promu des réflexions intéressantes, réactivé des utopies, mais ont montré plus des volontés de résistance que de capacités à construire une alternative à l’économie néo-libérale mondialisée.

Henri REY est directeur de recherches au CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po – Paris). Ses recherches portent principalement sur les comportements politiques dans les périphéries urbaines, le militantisme partisan et la démocratie participative.

La gauche en question (2)

Mots-clés : Italie, Mouvement 5Etoiles, Partis politiques - crise

18 Mai 2017  • Piero Ignazi

La gauche en question : Quelles approches de la politique aujourd’hui ?
Piero Ignazi est professeur au Département des sciences politiques et sociales de l’Université de Bologne. Il observe que la crise des partis politiques que nous vivons aujourd’hui en Europe succède à un âge d’or : dans les années cinquante, après la 2° Guerre, les partis étaient à leur apogée : ils témoignaient alors du retour en Europe de la démocratie et du multipartisme. Avec leurs millions d’adhérents, leurs structures locales, leurs associations liées, ils étaient au centre de la vie politique.

La rupture avec ce système commence dès les années soixante ; elle se développe dans les années quatre-vingt avec  l’appartion des partis écologiques et des nouveaux partis d’extrême droite, l’émergence des mouvements « post-libertaires » remettant en cause les systèmes bureaucratiques et hiérarchiques. En conséquence, la crise éclate au début des années 2000 : les partis sont imperméables aux critiques. Dans le même temps le développement des financements publics (des partis et des assemblées) aboutit à créer un système disposant de gros moyens mais ne répondant pas aux attentes des citoyens ; d’où la perte de confiance, les accusations d’inefficacité et de corruption, l’abandon des partis de gouvernement.

Si, à certains moments, les mouvements sociaux (écologie, droits des femmes) ont été efficaces pour revitaliser les partis politiques, ce n’est plus le cas aujourd’hui : les partis politiques les ont absorbés, ont diminué leur efficacité. On peut penser toutefois qu’il y a encore un potentiel : les techniques informatiques changent la politique ; Internet permet de choisir ses engagements, l‘expression de positions différentes. Le Mouvement 5 étoiles en Italie témoigne bien des changements en cours (et des problèmes) à ce niveau.

Piero IGNAZI enseigne la politique comparée et les systèmes politiques européens à l’Université de Bologne, au département des sciences politiques et sociales. Il a travaillé en particulier sur l’extrême droite en Europe.

1 5 6 7 8 9 33