Réouverture prudente …

Du Maltais rouge et du Centre de Documentation Jacques Sauvageot

Le Maltais rouge

réouvrira ses portes

le 3 septembre

avec de nouveaux horaires

* * *

Pour tous renseignements

lemaltaisrouge@gmail.com
ou
tel: 06 36 11 84 35

Dans le cadre des contraintes sanitaires
le Centre Jacques Sauvageot
n’est ouvert que sur demande

Demande préalable de RdV
à présenter la semaine précédente par courriel à :
 archives@institut-tribune-socialiste.fr

Rappel des précautions sanitaires,

  • Eau, savon et gel hydro-alcoolique sont  disponibles sur place ;
  • Les visiteurs devront désinfecter leur poste de travail après utilisation
  • Ils devront respecter les gestes-barrières et porter un masque
  • Pour la consultation de documents, prière si possible de se munir de gants
  • Prière également d’apporter votre propre stylo ou crayon papier par mesure d’hygiène

Pour toutes informations, consulter les sites
du Maltais rouge  et/ou de l’ITS
ou téléphoner au 06 36 11 84 35   (Manon Dognin)

Congrès de Tours : colloque reporté

Mots-clés : Congrès de Tours

Le colloque initialement prévu le 12 décembre 2020 à Tours sur le centenaire du congrès a été reporté à mars 2021

Le colloque initialement prévu le 12 décembre 2020 à Tours sur le centenaire du congrès a été reporté à mars 2021


Rappel du programme prévu

ORGANISÉ PAR REAL 
(RENCONTRE DES ÉLUS ET DES ACTEURS LOCAUX)
MOIS DE MARS
À TOURS, 
SALLE DES FÊTES DE L’HÔTEL DE VILLE, 
PLACE JEAN JAURÈS / 16H À 21H.

Il y a un siècle les délégués de Tours, au-delà de leurs divisions, voulaient changer le monde. Leurs rêves et leurs espoirs sont-ils toujours les nôtres ?

 DÉCEMBRE 1920 

À Tours, le 18ème congrès de la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO) est celui de la grande scission du mouvement ouvrier, entre socialistes et communistes. C’était il y a un siècle, la gauche française se séparait. Un schisme international. Impliquant nombre de familles politiques, et deux branches principales. Il fallait choisir : socialistes ou communistes. Dès lors la gauche s’est conjuguée au pluriel. Et l’histoire politique s’en est trouvée durablement changée.

 DÉCEMBRE 2020 

Quels regards porter sur cet évènement inaugural et les conséquences qui en ont résulté ? ✓ Un siècle après, où en sont les gauches, les différents courants de gauche et de l’écologie qui combattent pour une société libérée de l’exploitaion et de toutes les dominations ? Réflexions et débats d’historiens, de militantes et militants politiques ! En 2020, il s’agit moins de « commémorer » que de s’interroger sur l’avenir : La gauche, toujours ? Un peu, beaucoup, passionnément ?

PROGRAMME

° Allocution de Emmanuel Denis, maire de Tours.

DEUX TABLES RONDES :

La « vieille maison », disputée entre divers copropriétaires… Avec leurs conflits, parfois leurs réconciliations.
Regards d’historiens : Gilles Candar, Jean-François Claudon, Eloïse Dreure, Jean-Numa Ducange, Roger Martelli, Bernard Ravenel*

Une « nouvelle maison » à construire ? Sur quelles fondations ? Avec qui ? Pour quels combats ? Débat avec des responsables politiques…
Débat pluraliste animé par Denis Sieffert, éditorialiste de Politis, avec Clémentine Autain (Ensemble !), Alexis Corbiere (LFI), Alain Coulombel (EELV), Gérard Filoche (GDS), Benjamin Lucas (Génération.s), Christine Poupin (NPA), Guillaume Roubaud-Quashie (PCF), Boris Vallaud (PS).

Inscription à l’adresse ci-dessous :
rencontreelusacteurslocaux@gmail.com

Faut-il un revenu universel ?

Mots-clés : Revenu universel

Seminaire des 6 fondations le mercredi 18 novembre en webinaire

SÉMINAIRE ORGANISÉ PAR SIX FONDATIONS

Faut-il un revenu universel ?

La question du revenu universel revient régulièrement dans le débat public. Pour ses partisans, avec les nouvelles technologies, le travail serait en voie de disparition et l’objectif du plein emploi deviendrait irréaliste. La protection sociale actuelle serait incapable d’endiguer la montée de la pauvreté et de la précarité dans et hors travail. Le revenu universel, donnant un revenu garanti à chacun.e, permettrait de retrouver une autonomie individuelle et ainsi d’améliorer considérablement les rapports de forces des salarié.es dans les entreprises.

Pour ses opposants, il s’agit d’une fausse bonne idée. Outre que le fait de donner de l’argent public à des personnes qui n’en ont pas besoin interroge, l’idée de la fin du travail ne reposerait sur aucune étude empirique et ferait l’impasse sur le fait que ce dernier reste encore un facteur d’intégration sociale et de reconnaissance individuelle. L’objectif du plein emploi resterait d’actualité à condition de s’attaquer à la logique néolibérale. De plus, les partisans du revenu universel feraient l’impasse sur les besoins de financement colossaux que cela entraînerait pour pouvoir distribuer une somme permettant de vivre à peu près décemment.

Est-il possible de dépasser cette opposition pour arriver à des propositions communes qui permettent de lutter contre la pauvreté et la précarité ? 

Réunion-débat
le Mercredi 18 novembre en Webinaire 
Inscrivez-vous pour recevoir le lien qui vous permettra
de suivre la conférence en direct et de poser vos questions.

Inscrivez-vous

Avec
– Anne EYDOUXmembre des « Economistes atterrés»; maîtresse de conférences au Cnam, elle est chercheuse au Centre d’études de l’emploi et du travail (CEET) et au Laboratoire interdisciplinaire de sociologie économique (Lise).

– Nicole TEKEdoctorante en sociologie du travail au sein du laboratoire « Inst itutions et Dynamiques Historiques de l’Économie et de la Société, (IDHE.S-UMR 8533) » de l’université Paris Nanterre; co-autrice de l’ouvrage « Pour un revenu de base universel. Vers une société de choix » (éditions du Détour /Mouvement français pour un revenu de base, 2017) et co-fondatrice du « Collectif pour un droit au revenu ».

Le débat sera animé par Benoit MONANGEdirecteur de la Fondation pour l’écologie politique (FEP)

 

Le colloque du 60ème anniversaire du PSU

Le vendredi 6 novembre de 14h à 19h au Maltais rouge, 40 rue de Malte, 75011 Paris

Le colloque du 60ème anniversaire du PSU
Organisé par l’Institut Edouard Depreux

Vendredi 6 novembre 2020

de 14 à 19h
au Maltais rouge

« Derrière l’affiche : être militant du PSU (1960-62) »
« La dimension internationale du PSU en 1960 »

PLUS AUCUNE RÉSERVATION

la cote COVID est atteinte

Inscription préalable obligatoire auprès de : 
Institut Edouard Depreux – IED – 40 rue de Malte – 75011 Paris
ou par courriel à institut.tribune.socialiste@gmail.com

1 2 3 23