,

Jean Guichard : les débuts du PSU à Lyon

Mots-clés : Algérie, formation syndicale, Jeunes, PSU

17 Août 2016 • Jean Guichard

Après avoir participé, à Lyon, à la création du Mouvement de Libération du Peuple dans les années 50, puis à la création du PSU en 1960, Jean Guichard a été secrétaire fédéral du PSU Rhône de 1960 à 1963.

Dans cet entretien il évoque les différents mouvements (MLP, Nouvelle Gauche, Jeune République, UGS, clubs…)  qui ont contribué à la volonté de constituer un nouveau type d’organisation politique, dans une région fortement marquée par le christianisme social, les confrontations avec les organisations traditionnelles françaises (PCF, SFIO) ou italiennes (PSI, PCI), le rôle moteur du PSU dans les luttes contre la guerre et pour l’indépendance de l’Algérie, les militants avec lesquels il a travaillé (Louis Alvergnat, Paul Bouchet, André Chazalette, Roger Rocher, Georges Tamburini, Jean Verlhac…). Il insiste sur la nécessité du travail de formation et du travail idéologique qu’il développera après 1963 (et jusqu’à aujourd’hui) sur le marxisme, les rapports des chrétiens et des marxistes, dans le prolongement des réflexions d’Antonio Gramsci et de Piero Gobetti.

 

 

 

Quand la gauche se réinventait. Le PSU, histoire d’un parti visionnaire 1960-1989

Mots-clés : PSU

2016 • RAVENEL Bernard

Cote : RAVE

le Parti Socialiste Unifié (PSU) fondé en 1960 pour lutter contre la guerre d’Algérie, s’est rapidement donné les moyens politiques d’une stratégie authentiquement socialiste que ni le Parti communiste ni la SFIO ne proposaient. C’est l’histoire méconnue de cette organisation visionnaire que Bernard Ravenel – qui en fut membre jusqu’à sa dissolution en 1989 -retrace dans ce livre, avec passion et rigueur. Il y montre comment un parti, par l’action et la réflexion, a pu interpeller la société à contre-courant, sur nombre d’enjeux cruciaux toujours actuels. Seul parti à soutenir pleinement le mouvement de Mai 68 et ses aspirations antiautoritaires, le PSU a tenté d’en tirer les leçons pour construire un projet de société mariant socialisme et liberté. À partir des mobilisations sociales et de débats souvent intenses, il a avancé des propositions que la gauche historique a longtemps refusé de prendre en compte. Réduction massive du temps de travail, décentralisation et démocratie locale, émancipation des femmes, alternatives au nucléaire militaire et civil, solidarité avec les peuples du Sud et d’Europe de l’Est, égalité des droits pour les immigrés, préservation de l’environnement : sur tous ces thèmes, on découvrira avec surprise à quel point le PSU a joué un rôle précurseur de « lanceur d’alerte ». Loin d’être un accident de l’histoire, le PSU, du fait aussi de sa composition plurielle où se côtoyaient intellectuels, cadres, ouvriers, paysans et étudiants, chrétiens et athées, réformistes et révolutionnaires, a pu anticiper des problèmes qui restent irrésolus. Une lecture salutaire pour tous ceux qui entendent aujourd’hui participer à la construction de l’avenir. Bernard Ravenel, agrégé d’histoire, a été membre du PSU dès sa fondation en 1960. Chargé des relations internationales du PSU de 1974 à 1984, il est l’auteur de plusieurs livres consacrés aux problèmes méditerranéens, dont Méditerranée : le Nord contre le Sud ? (L’Harmattan, 1990) et Méditerranée : l’impossible mur (L’Harmattan, 1995).

RAVENEL Bernard
2016
24 x 15,4 cm, 365 p.
La Découverte

Quand la gauche se réinventait : le PSU 1960-1989

Mots-clés : Front Socialiste, Mouvements Etudiants, Mouvements sociaux, PSU, Socialisme autogestionnaire, transition

28 Mars 2016 • Bernard Ravenel

« Quand la gauche se réinventait le PSU, histoire d’un parti visionnaire (1960-1989) » est le titre de l’ouvrage signé Bernard Ravenel paru aux éditions la Découverte en Mars 2016.
Livre Ravenel petitFondé en 1960 pour lutter contre la guerre d’Algérie, le Parti socialiste unifié (PSU) s’est rapidement donné les moyens politiques d’une stratégie authentiquement socialiste que ni le Parti communiste ni la SFIO ne proposaient.
Seul parti à soutenir pleinement le mouvement de Mai 68 et ses aspi­rations antiautoritaires, le PSU a tenté d’en tirer les leçons pour construire un projet de société mariant socialisme et liberté. À partir des mobilisations sociales et de débats souvent intenses, il a avancé des propositions que la gauche historique a longtemps refusé de prendre en compte. Réduction massive du temps de travail, décentralisation et démocratie locale, émancipation des femmes, alternatives au nucléaire militaire et civil, solidarité avec les peuples du Sud et d’Europe de l’Est, égalité des droits pour les immigrés, préservation de l’environnement : sur tous ces thèmes, on découvrira à quel point le PSU a joué un rôle précurseur de « lanceur d’alerte »

Bernard Ravenel, agrégé d’histoire, a été membre du PSU dès sa fonda­tion en 1960. Chargé des relations internationales du PSU de 1974 à 1984, il est l’auteur de plusieurs livres consacrés aux problèmes méditerranéens, dont Méditerranée : le Nord contre le Sud ? (L’Harmattan, 1990) et Méditerranée : l’impossible Mur (L’Harmattan, 1995).

,

Jacques Sauvageot parle de 1968

Mots-clés : ESU, Mai 68, Mouvements Etudiants, PSU, Sauvageot

Intervention de Jacques Sauvageot le 17 avril 2015 lors d'un débat organisé par "ESU-PSU et UNEF années soixante" et l'ITS sur l'UNEF en Mai 1968

L’association « ESU-PSU-UNEF années soixante » et l’Institut Tribune Socialiste organisent une soirée débat le vendredi 17 avril 2015, 40 Rue de Malte sur l’UNEF en Mai 1968. Présentation par Cédric Le Cocq de son mémoire : Tenter la révolution : le rôle de l’UNEF en Mai 1968. Débat avec Jacques Sauvageot, Alain Krivine….

1 2 3 4 5 36