Verdier

Mots-clés : Algérie, Congrès - PSU, Socialisme

Robert Verdier est né le 28 novembre 1910 à Saint-Girons (Ariège), il décède le 27 février 2009 ; professeur agrégé de lettres.

En 1960, il fait partie du comité politique national du PSU, issu du congrès constitutif d’unification. Il est réélu lors du premier congrès (Clichy, mars 1961).
Il fait partie du CPN et de la délégation permanente, au titre de la motion A (Pierre Bérégovoy) issue du 2° congrès (Alfortville, janvier 1963), responsable adjoint chargé de Tribune Socialiste. Mais il n’est pas réélu au 3° congrès (La Grange aux Belles, novembre 1963).
Durant toutes ces années, il écrit de nombreux éditoriaux et articles dans Tribune Socialiste, sous son nom ou sous son pseudonyme : Pierre Luquet.
Il est candidat du PSU aux élections législatives de novembre 1962 (où ses adversaires sont Jean-Marie Le Pen et René Capitant), et de mars1967.
Encore membre du PSU, il avait participé à la création, avec Alain Savary et Pierre Bérégovoy, de l’Union des clubs pour le renouveau de la gauche, qui s’intègre en 1967 à la Fédération de la gauche démocrate et socialiste ; et quitte le PSU après le 5° congrès (Paris, juin 1967).

Quelques textes de Robert Verdier :
Dans la perspective d’une Algérie indépendante
la paix ou… le chaos
Pour tenir en échec le pouvoir gaulliste
Recherche d’une unité d’action …
Les réformes Fouchet …
A Paris comme à Alger

Robert verdier et l’honneur du socialisme

Mots-clés : Algérie, colonialisme, Indépendance, Répression

2 Septembre 2016 • Bernard Ravenel

Place Robert VerdierDepuis le 3 septembre 2016, une place de Paris  porte le nom de Robert Verdier (1910-2009), militant du PSU. Bernard Ravenel rend hommage à un homme qui s’est toujours opposé au colonialisme et a milité pour l’indépendance, en particulier de l’Algérie. Militant socialiste, il a toujours oeuvré pour le renouveau des forces de gauche. Ainsi, il a rompu avec la SFIO pour fonder le PSA aux côtés d’Edouard Depreux et a contribué à la construction du PSU. C’est par son engagement et son écriture que le tout nouveau PSU mobilise toutes ses forces pour imposer une solution négociée menant à l’indépendance. Robert Verdier signe des éditoriaux et des articles dans le journal Tribune socialiste, et développe une analyse claire des conséquences de la politique de de Gaulle en Algérie. Il montre la nécessité de s’opposer à la guerre, il encourage la désobéissance civique et montre l’urgence à traiter des problèmes de fond comme les modalités d’une association entre la France et l’Algérie sur une base d’égalité.

,

Jean Guichard : les débuts du PSU à Lyon

Mots-clés : Algérie, formation syndicale, Jeunes, PSU

17 Août 2016 • Jean Guichard

Après avoir participé, à Lyon, à la création du Mouvement de Libération du Peuple dans les années 50, puis à la création du PSU en 1960, Jean Guichard a été secrétaire fédéral du PSU Rhône de 1960 à 1963.

Dans cet entretien il évoque les différents mouvements (MLP, Nouvelle Gauche, Jeune République, UGS, clubs…)  qui ont contribué à la volonté de constituer un nouveau type d’organisation politique, dans une région fortement marquée par le christianisme social, les confrontations avec les organisations traditionnelles françaises (PCF, SFIO) ou italiennes (PSI, PCI), le rôle moteur du PSU dans les luttes contre la guerre et pour l’indépendance de l’Algérie, les militants avec lesquels il a travaillé (Louis Alvergnat, Paul Bouchet, André Chazalette, Roger Rocher, Georges Tamburini, Jean Verlhac…). Il insiste sur la nécessité du travail de formation et du travail idéologique qu’il développera après 1963 (et jusqu’à aujourd’hui) sur le marxisme, les rapports des chrétiens et des marxistes, dans le prolongement des réflexions d’Antonio Gramsci et de Piero Gobetti.

 

 

 

,

Laude

Mots-clés : Algérie, Aménagement du territoire, Mai 1968, Mouvements Etudiants, Mouvements sociaux, Politique Culturelle, Socialisme

André Laude (1936 – 1995) est qualifié souvent d’  « anarchiste » et de « poète » : c’est un résistant au « désordre » établi. Sa vie est partagée entre voyages et écriture, poésie et militantisme.
Son premier combat est pour l’indépendance de l’Algérie : insoumis, lié au réseau Jeanson, il fut emprisonné un an en Algérie ; après l’indépendance, il y travaille comme journaliste jusqu’à la chute de Ben Bella.
Il a été lié aux mouvements libertaires et anarchistes, fréquenté et rencontré André Breton, Benjamin Péret, Isidore Isou, Guy Debord, Raoul Vaneigem… collaboré à de nombreuses publications : Le Monde, les Nouvelles littéraires, Le Canard enchaîné, Esprit, Le Libertaire, Spartakus, Le nouvel Observateur, Le Point, Contrejour…
Adhérent du PSU à la fin des années 60, il est l’auteur de nombreux articles dans Tribune Socialiste, de 1967 à 1969.

1 2 3 4 68