Bourdet

Mots-clés : Algérie, Congrès - PSU, front autogestionnaire

Claude Bourdet, né le 9 octobre 1909 à Paris meurt le 20 mars 1996 à Paris. Résistant, Déporté, Compagnon de la Libération, Ecrivain, journaliste, Militant de l’UGS (Union de la Gauche Socialiste) et co-fondateur du PSU (Parti Socialiste Unifié).
En 1952 il est membre fondateur du Centre d’action des gauches indépendantes et en 1954 il créé la Nouvelle Gauche. Engagé pour la paix en Algérie où il fait de nombreux séjours, il signe des articles pour France-Observateur et Tribune Socialiste. Le 31 Mars 1956 il est arrêté suite à un article paru dans France-Observateur intitulé « Disponibles : quel sursis ? » En 1957 il fonde l’Union de la gauche socialiste (UGS). En 1960 il milite pour la fusion des forces de gauche UGS-PSA-Tribune du Communisme. D’Avril 1960 à Juin 1965 fait partie de la Direction Politique Nationale du PSU et du Bureau National jusqu’au Congrès de 1967. Il est candidat du Front autogestionnaire à Villeurbanne aux élections législatives de 1978.
De 1957 à 1971 il sera conseiller municipal du 2ème secteur de Paris et conseiller général de la Seine. En 1962 il milite au sein du mouvement contre l’armement atomique (MCAA) qui deviendra en 1968 le Mouvement pour le désarmement, la paix et la liberté (MDPL dont il est le Président).
Entre 1964 et 1968 il est directeur du mensuel l’Action, en 1967 il rejoint la rédaction de Témoignage Chrétien. En 1979 il est membre de l’Association France-Palestine et en 1988 il participe à la rédaction de Politis.

Le PSU et la guerre d’Algérie

Mots-clés : Algérie, Indépendance

 

Fait avec Padlet

Le groupe de travail « Algérie » de l’Institut Tribune Socialiste, qui regroupe des anciens membres ou sympathisants du Parti Socialiste Unifié intéressés par cette thématique, a fait un double constat :

– l’opposition à la guerre d’Algérie est un des éléments fondateurs du PSU qui s’est beaucoup investi dans ce combat  et dans les années qui ont suivi l’indépendance;

– de nombreuses questions posées par l’indépendance de l’Algérie restent d’actualité: racisme, décolonisation, importance de l’Islam, nationalisme arabe, statut de la femme, etc.

Il a donc souhaité recueillir les témoignages écrits et filmés de militants dont le parcours a croisé à la fois la guerre d’Algérie ( participation à la guerre, refus de la guerre, luttes pour la paix et l’indépendance, aide au FLN et aux insoumis, coopération…) et le PSU (avant, pendant ou après la guerre) . En les interrogeant aussi sur leurs appréciations actuelles de la politique en France et en Algérie…et sur l’état de leurs engagements d’aujourd’hui.

Fiquet

Mots-clés : Algérie, Armée

12 Juillet 2013 • Interview par Jacques Sauvageot

Christian Fiquet est né en 1939 à Gennevilliers en région parisienne. Il a interrompu ses études de Physique-Chimie à la fin de sa première année universitaire car en 1954 il était incorporable. Son éducation religieuse et son engagement à la JEC l’ont amené à refuser de servir en Algérie. Il a donc assumé un statut de réfractaire avec la peine de prison qui en découle. Cet emprisonnement, dans plusieurs lieux de détention, en France et en Algérie, le conduira à rester incorporé 3 années dont une année après le cessez–le-feu. Il s’est ensuite engagé à la CFDT et a créé une section syndicale dans son entreprise. Il est toujours militant CFDT en tant que retraité. Tout au long de ce parcours de militant, Christian Fiquet restera en dehors des partis politiques dont il n’avait pas apprécié l’attitude vis à vis des réfractaires. Cependant, il s’est toujours senti très proche des militants du PSU, en particulier dans l’action syndicale.

Écouter son témoignage

L’Algérie au coeur. Révolutionnaires et anticolonialistes à Renault-Billancourt.

Mots-clés : Algérie, colonialisme, Mai 68, Renault Billancourt

2014 • Clara et Henri BENOITS. Avec Jean-Claude VESSILLIER

Cote : BENO

Clara et Henri Benoits : elle, fille d’immigrés hongrois, et lui, gamin des fortifs, se sont rencontrés au début des années 1950 dans l’usine Renault de Billancourt. Plongés dans cette Babel ouvrière, ils témoignent de l’irruption des guerres coloniales d’Indochine et d’Algérie, et de l’activité de ceux qui y ont organisé le FLN, leurs camarades dans l’usine. L’Algérie a été au cœur de leur engagement militant Investis dans le soutien aux Algériens, ils racontent les conséquences du vote des pouvoirs spéciaux en 1956 au gouvernement socialiste de Guy Mollet pour la poursuite de la guerre coloniale, entraînant le départ de la quasi-totalité des militants algériens du PCF vers le FLN. Ils décrivent la solidarité concrète manifestée dans les ateliers entre Français et Algériens lors d’incursions policières dans l’usine. Clara et Henri, chacune et chacun a eu son histoire, ses engagements, ses adhésions politiques ou syndicales, et ce récit est celui de deux parcours distincts. Ce récit n’est pas le discours fusionné d’un couple qui ne saurait dire que « nous », mais celui de deux parcours mêlant singularités assumées et engagements partagés. Clara, rare déléguée aux côtés de ses collègues et camarades hommes, luttait dès les années 1950 contre les discriminations frappant les femmes dans les ateliers et services de Renault. Surnommée « camarade mitraillette » pour sa pugnacité à défendre ses collègues, son engagement féministe se prolonge dans sa participation au groupe femmes Renault. Henri, trotskiste, s’est toujours revendiqué de la 4e Internationale. Ils ont été des militants critiques, mais jamais isolés. Dans cette chronique de plus de cinquante années de luttes se succèdent les premières manifestations syndicales de 1945 où travailleurs algériens et vietnamiens défilent ensemble, le vécu quotidien de militants syndicaux au plus près de leurs collègues de travail, l’indépendance conquise par l’Algérie en 1962, l’occupation de Billancourt pendant la grève générale de 1968, les luttes des ouvriers immigrés, et l’agonie du site aujourd’hui partagé entre friches industrielles et immeubles de standing.

Clara et Henri BENOITS. Avec Jean-Claude VESSILLIER
2014
21 X 15 cm, 222 p.
Syllepse

1 2 3 4 5 68