Manifestation du 17 Octobre 1961

Mots-clés : Algérie, Mouvements sociaux, Répression

17 Octobre 1961

61-10_manifestationLe 5 octobre 1961, le Préfet de police, Maurice Papon, impose le couvre-feu à tous les algériens de Paris et de sa région, sous prétexte de lutter contre le terrorisme. Pour protester contre ces mesures discriminatoires et racistes, plus de vingt-cinq mille Algériens occupent pacifiquement et en famille, à l’appel du F.L.N., durant trois heures, le centre de Paris, le 17 octobre. La répression policière s’intensifie. Des algériens sont matraqués puis entassés dans des bus de la RATP et internés dans les stades parisiens et les commissariats pour être expulsés vers l’Algérie. Beaucoup d’algériens arrêtés cette nuit là ont « disparus » et d’autres jetés à la Seine s’en sont parfois sortis et sont restés cachés. Bertrand Renaudot pour Tribune Socialiste témoigne : depuis plusieurs mois la police française et les partisans de l’Algérie française massacrent les algériens de France dans les rues, les cafés ou les hôtels. Un communiqué de l’A.G.T.A. (Association Générale des Travailleurs Algériens) en donne quelques exemples.

Où en est l’Union Générale des Travailleurs Algériens ?

Mots-clés : Algérie, Indépendance, stratégie syndicale

12-20 Août 1961 • Interwiev de M.Dekkar, Secrétaire Général de L'U.G.T.A

L’U.G.T.A. organise un séminaire de formation sur la réforme agraire en Algérie dont le but est de comparer celle-ci avec ce qui se fait en Chine, à Cuba ou dans d’autres syndicats agricoles. Dekkar, Secrétaire de l’U.G.T.A, explique dans son interview que le travail de formation et de recherche doivent aller de pair avec un effort de concrétisation des réflexions syndicales pour le combat qui permettra de supprimer les structures héritées du colonialisme.

Le Général de Bollardière rayé de l’armée

Mots-clés : Algérie, Répression

7 Octobre 1961

Deux comportements militaires différents : le Général Jacques Paris de Bollardière quitte volontairement l’armée qu’il estime déshonorante pour tous. L’ex-Général Salan, chef de l’O.A.S. a organisé la torture, il est épargné par la justice. Le comité Audin signifie que cette amnistie est la traduction de l’attitude du gouvernement De Gaulle, Debré, U.N.R., Massu.

« Il nous faut devancer la guerre civile »

Mots-clés : Algérie, Indépendance

25 Septembre 1961 • Pierre Mendès-France

Extraits de la conférence de presse donnée par Pierre Mendès-France à la salle des Ingénieurs civils le 25 Septembre 1961. Rejoignant l’appel du Bureau National du P.S.U. il appelle l’opinion à réagir contre un régime parlementaire qui n’existe plus, contre le pouvoir personnel et contre une guerre qui dresse les communautés les unes contre les autres. Il affirme que « si l’on sait que l’indépendance de l’Algérie finira par aboutir », il est toutefois urgent d’envisager le renouveau politique et un renouveau des structures politiques et sociales. Il invite toutes les forces politiques et syndicales à s’unir pour la négociation et la réflexion.

1 2 3 4 5 6 11