« La tristesse est un mur entre deux jardins » la journée en vidéo

Mots-clés : Algérie, Féminisme, Marc Mangenot, Michelle Perrot, monique Dental, Wassyla Tamzali

27/09/2022 • Patrice Delabre

Dans le cadre des journées consacrées au 60ème anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, l’Institut Tribune Socialiste a présenté l’ouvrage commun de Michelle Perrot et Wassyla Tamzali

« La tristesse est un mur entre deux jardins »
Algérie, France, Féminisme

Le livre est un dialogue passionnant et savant entre Michelle Perrot (historienne) et Wassyla Tamzali (avocate), entre une passion universaliste algérienne et une vision universaliste française.

Les deux autrices ont accepté de participer le 17 septembre 2022 à une conversation animée par Monique Denta(ITS ; Réseau Féministe « Ruptures »).

 

Vous trouverez ci-dessous les vidéos de cette après-midi.

Cliquer sur la couverture du livre ci-dessus pour voir les vidéos

« La tristesse est un mur entre deux jardins »

Le Samedi 17 septembre de 14 H à 18 H L’Institut Tribune Socialiste présente l’ouvrage "La tristesse est un mur entre deux jardins" , Algérie, France, Féminisme - Au Maltais rouge, 40 rue de de Malte, PARIS 11e

Dans le cadre des journées consacrées au 60ème anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, l’Institut Tribune Socialiste présente l’ouvrage

« La tristesse est un mur entre deux jardins »
Algérie, France, Féminisme

Samedi 17 septembre de 14 H à 18 H
Au Maltais rouge, 40 rue de de Malte, PARIS 11e

Un dialogue passionnant et savant entre Michelle Perrot (historienne) et Wassyla Tamzali (avocate), entre une passion universaliste algérienne et une vision universaliste française.

Les deux autrices ont accepté de participer à une conversation animée par Monique Dental (ITS ; Réseau Féministe « Ruptures »).
Un temps sera consacré à un échange avec le public présent.
Le livre sera proposé à la vente et à la dédicace.

« La tristesse est un mur entre deux jardins », Algérie, France, féminisme, Éd. Odile Jacob, décembre 2021.

IL Y A 60 ANS, L’INDÉPENDANCE DE L’ALGÉRIE

Mots-clés : Algérie, Ali Guenoun, Bernard Ravenel, Dominique Wallon, Ghazi Hidouci, Indépendance, Leïla Sebbar, Michel Capron, Nadia Henni-Moulaï, Nedjma Kacimi, Robi Morder, Sadek Sellam, Sylvie Thénault

Le samedi 9 juillet 2022, l'ITS a organisé une après-midi de commémoration de l'indépendance de l'Algérie  • Patrice Delabre

RENCONTRE – DÉBAT- PROJECTION
Le samedi 9 juillet 2022 de 10 H à 18 H
Au Maltais rouge, 40 rue de Malte, 75011 PARIS

Il y a soixante ans, l’Algérie accédait à l’indépendance après 130 ans de colonisation, d’humiliation, de déni de droits, de résistance, de luttes, de révoltes, et huit années d’une trop longue guerre de Libération. Cette guerre meurtrière, inutilement prolongée par des gouvernements ineptes et dépassés, a laissé des plaies qui ne sont pas encore refermées. Cette guerre a laissé le pays dans un état de ruines matérielles et humaines. Une partie de la population d’Algérie (un million de personnes), perdant ses privilèges, craignant pour son avenir, a déserté le pays. Le FLN lui-même, s’il a permis à l’Algérie d’être indépendante et de recouvrer sa dignité, s’est confronté à une France qui continuait de s’enliser, mais aussi à ceux parmi les Algériens qui n’approuvaient ni sa stratégie ni son hégémonie. Tout comme le gouvernement français et les organisations de gauche, dont le PSU, il a dû combattre l’OAS, expression violente, criminelle et suicidaire des ultras de l’Algérie française. Les divisions, rivalités et dissidences au sein même du FLN n’ont pas été surmontées. Au contraire, les conflits de pouvoir, à l’œuvre avant même le déclenchement de l’insurrection, vont perdurer. Le prix payé dès les premières années de l’indépendance dans un pays exsangue sera élevé, loin de l’idéal démocratique annoncé et des promesses d’émancipation portées par les discours et manifestes. Des « illusions » quant au devenir émancipateur de l’Algérie s’incrusteront au sein de la gauche progressiste française. Après avoir organisé une soirée à l’occasion du soixantième anniversaire du massacre de Charonne et une session aux Accords d’Évian, cette histoire mouvementée, marquée par l’espoir et la tragédie, est l’objet d’une journée que l’Institut Tribune Socialiste lui consacre le 9 juillet 2022. Prélude à d’autres rencontres et colloques sur les questions qui, en Algérie et en France, mais pas seulement, se sont posées et se posent encore dans un contexte changé.

Vidéos de la journée

Séance de 10h

Séance de 14h30

Séance de 16h30

Planning prévisionnel

Introduction : Marc Mangenot

 

À partir de 10 Hla fin de l’Algérie française
L’autodétermination, la proclamation de l’indépendance

Avec : 

  • Sylvie Thénaulthistorienne sur l’OAS
  • Ali Guenounhistorien sur les conflits et dissensions annonçant la crise de l’été 62,
  • Bernard Ravenel historien positions du PSU durant la phase post-accords d’Évian et sur l’indépendance elle-même.

Projections

  • Dominique Wallon : le débat à l’UNEF sur l’indépendance
  • Film de Hubert Rouaud : 1er jour de l’indépendance à Philippeville
  • Extraits du film de B. Stora Algérie : été 62, une indépendance aux deux visages

• Débat avec la salle

 

À partir de 14 HLes débuts de l’indépendance
Débats, affrontements, dissidences, le pouvoir confisqué … l’illusion socialiste 

 Avec : 

  • Ghazi Hidouciancien ministre : le pouvoir confisqué  
  • Sadek Sellamhistorien : sur les divergences et les affrontements avant et après l’indépendance 
  • Mohammed Harbihistorien ((ou extrait de ses mémoires filmées)
  • Robi Morder, politologue, sur la problématique de l’autogestion
  • Michel Capronéconomiste : : sur la question de l’État et l’autogestion, et sur les illusions qui, par ailleurs, ont pu habiter les militants de gauche, du PSU en particulier

Projections  

  • Extraits du film de B. Stora 
  • Extrait de l’entretien accordé par Malika Rahal à France Inter le 18 mars 2022

• Débat avec la salle

 

À partir de 16 H 30table ronde sur l’indépendance : paroles d’écrivaines

Avec : 

  • Leïla Sebbar auteure de « Lettre à mon père » (éd. Bleu Autour)
  • Nadia Henni-Moulaï auteure de « Un rêve, deux rives » (éd. Slatkine et Cie)
  • Nedjma Kacimi auteure de « Sensible » (éd. Cambourakis) 

• Débat avec la salle.

Vente de livres et séances de dédicaces prévues lors des pauses.

60ème anniversaire des accords d’Evian

Mots-clés : accords d'Evian, PSU Algérie

Dans le cadre de la journée de
commémoration du 60ème anniversaire
des accords d’Evian

LE PSU ET LES ACCORDS D’EVIAN

LE PSU ET LA LUTTE CONTRE L’OAS

UNE RELECTURE DE L’ANNÉE 1962

Le samedi 26 mars au Maltais rouge

Le 18 mars les Accords d’Évian sont signés, mettant fin à la guerre d’Algérie. Soulagement, mais pas pour tout le monde cependant. Dès le lendemain, l’OAS initie un nouveau et terrible cycle de violences dans le but d’empêcher leur application et l’indépendance de l’Algérie. Profitant de son désarroi, l’OAS va entraîner une partie importante de la population européenne dans cette entreprise suicidaire. Résultat, des attentats, des morts, des blessés, de la contre violence, des destructions, l’exode de la majorité de la population européenne, les harkis laissés pour compte. Le PSU, également dans le viseur de l’OAS, participe à la lutte contre l’OAS, intervient dans le débat, notamment lors du référendum du 8 avril 1962. 

L’Institut Tribune Socialiste organise une rencontre-débat pour un retour lucide sur cette période qui n’est pas sans écho sur la situation d’aujourd’hui en France et en Algérie.

Les vidéos de la soirée

Le PSU et les Accords d'Evian
Le PSU et la lutte contre l'OAS
1 2 3 4