Toute décision unilatérale est incompatible avec l’autodétermination….

Mots-clés : Algérie

29-30 Décembre 1960

Réunie à Aix-en Provence, L’Association pour la sauvegarde des Institutions judiciaires et la défense des libertés individuelles, a rassemblé de nombreuses personnalités politiques, de la magistrature, de l’université et des syndicats pour s’interroger sur les modalités de la négociation pour la paix en Algérie. La motion finale affirme que la toute décision préliminaire à l’autodétermination doit découler d’une négociation et résulter d’un accord bilatéral. Appel pour une mobilisation et une pression forte de l’opinion pour un véritable dialogue avec toutes les composantes politiques de l’Algérie.

Grève des étudiants algériens

Mots-clés : Algérie, Mouvements Etudiants

Décembre 1960 • Association Générale des Étudiants de Bordeaux

Les étudiants algériens de Bordeaux et de France ont décidé 4 jours de grève des cours pour protester contre les récents évènements d’Algérie. L’Association Générale des Étudiants de Bordeaux y voit une raison de souligner la position de l’U.N.E.F. qui a renoué le dialogue avec l’U.G.E.M.A.(Union Générale des Etudiants Musulmans Algériens),  et réclame le droit à l’autodétermination du peuple algérien et la reprise des négociations avec le Gouvernement Provisoire de la République Algérienne (GPRA).

Toulouse, usines et facultés pour la paix négociée

Mots-clés : Algérie, Mouvements Etudiants, Répression

3 Décembre 1960 • Association Générale des Étudiants de Toulouse

Les jeunes manifestent leur refus d’un enrôlement dans l’armée et souhaitent une paix négociée en Algérie. Expression d’une volonté, mais aussi préparation d’une action plus vaste où les ouvriers, les étudiants, les agriculteurs, les enseignants imposeront la paix, dans l’unité.

Les européens d’Algérie

Mots-clés : Algérie, coopération, Économie, Indépendance

3 Décembre 1960 • Georges Servet, Robert Verdier

La création d’un état algérien indépendant pose la question du statut des Européens vivant en Algérie, des garanties pour leur sécurité, de leurs moyens d’existence et de la reconversion de l’Algérie sans ces Européens ou avec leur coopération. L’article propose une analyse démographique, sociale et économique de la coexistence entre musulmans algériens et non musulmans d’origine étrangère. Les Français d’Algérie vivent essentiellement de l’agriculture et possèdent les terres les plus productives mais n’ont pas réellement de capitaux leur permettant de revenir en France pour exploiter une ferme. En ville les non musulmans occupent plus d’emplois supérieurs et d’encadrement que d’emplois d’exécution. La dépendance des deux communautés est d’ailleurs d’autant plus problématique qu’elle est liée aux échanges commerciaux entre la Métropole et l’Algérie. L’indépendance de l’Algérie devra donc tenir compte de la reconversion tant des Français que des Algériens.

1 2 3 7