,

Wallon

Dominique WALLON

Né le 21 juin 1939 à Paris Paris (XVe arr.) ; syndicaliste étudiant, Président de l’UNEF (1961-1962). Au printemps 1960, élu vice-Président de l’UNEF, il fut l’acteur de la reprise des relations ouvertes de l’UNEF et de l’UGEMA, association illégale en France. il souhaitait la fin de la guerre d’Algérie. Puis militant PSU, il fut successivement inspecteur général des finances, puis haut fonctionnaire au ministère de la Culture.

A la demande de Jacques Sauvageot il avait écrit un texte sur son parcours au PSU

Bio PSU Dominique Wallon
J’adhère au PSU, seulement à la sortie de l’ENA, en septembre ou octobre 1966. Je suis « versé » par Heurgon à la 6ème section de Paris, considérée comme une section d’accueil des intellectuels ou supposés tels, alors que j’habitais Boulogne Billancourt.
Proche de Michel Rocard, qui avait été un de mes profs à l’ENA, j’étais déjà et j’ai continué à être associé à différentes réunions parallèles au PSU, ADELS, groupes de travail…
Il me conseille de prendre un pseudonyme, Jacques Breton.
En mai 1968, après m’être déclaré gréviste dès le 13 mai auprès du chef de service de l’Inspection Générale des Finances, par ailleurs directeur de cabinet de Michel Debré, outre ma participation personnelle au mouvement, j’assure différentes permanences rue Mademoiselle pour recevoir de multiples délégations. Je deviens secrétaire de la Commission économique, dont l’activité ne sera pas marquante.
Pour les élections de juin, Heurgon souhaite que je me présente face à une notoriété, je suis parachuté à Bordeaux, dans la 2ème circonscription de la Gironde, celle de Chaban Delmas. Malgré une campagne active, je n’obtiens qu’un résultat modeste, 4,8% des voix, bien que supérieur à tous les résultats obtenus par le Parti dans cette circonscription.
Déménageant dans Paris, je m’inscris en 1969 à la 20ème section, où je milite jusqu’à mon départ pour Grenoble en septembre 1974.
En 1969, je prends trois semaines de congé pour travailler à la campagne électorale présidentielle de Michel Rocard, essentiellement à la rédaction de textes (lettres aux multiples organisations, participation à la rédaction de certains discours…). J’interviens également comme orateur du parti à des réunions électorales ( Nevers, Annonay…).
Au Congrès de Dijon (1969), je suis élu à la Direction Politique Nationale. Je ne suis pas candidat au Congrès de Lille et je quitte ma responsabilité à la Commission économique également en 1971, sans avoir marqué ni ma responsabilité de la Commission économique, ni ma participation à la DPN.
En septembre 1974, je quitte Paris pour Grenoble, professeur associé à l’Institut d’Etudes Politiques. Je m’inscris à la section de Saint Martin d’Hères, mais ne reprends pas ma carte en 1975, l’essentiel du PSU grenoblois étant passé au PS, mais n’adhère pas non plus à ce parti.

Lire la notice du Maitron en ligne

« Mai 68 vu des Suds » – AFRIQUE – les vidéos

Mots-clés : Afrique, Congo, Ethiopie, Mali

Atelier du 21 mars 2018

Le CONGO et Le MALI

coordinatrice  Françoise Blum,  avec Héloïse Kiriakou, Alexis Roy

Le débat

 


L’AFRIQUE lusophone et l’ETHIOPIE

coordinatrice  Françoise Blum,  avec Maria-Benedita Basto, Pierre Guidi

Le débat

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

« Mai 68 vu des Suds » : l’ASIE – les vidéos

Mots-clés : Chine, Indonésie, Vietnam

Atelier du 20 mars 2018

La CHINE

« Influence du maoïsme et réalités de la Révolution culturelle. »

coordinateur  Pierre Rousset,  avec Alain Roux, Emmanuel Terray

Le débat

 


L’INDONÉSIE

coordinateur  Pierre Rousset,  avec Romain Bertrand

 

L’ASIE du SUD EST
« Zone des tempêtes »

avec  Pierre Rousset

Le débat

La résistance palestinienne : des armes à la non-violence

Octobre 2017 • Bernard Ravenel

Dans sa lutte désormais centenaire, le peuple palestinien, colonisé par le mouvement sioniste, a traversé plusieurs périodes correspondant à des contextes géopolitiques très différents : l’empire ottoman, le mandat britannique, la créationde l’Etat d’Israël, l’expulsion de la majorité de sa population – la Nakba -, le développement du mouvement nationaliste arabe et la constitution d’Etats arabes indépendants.

Ces bouleversements ont failli faire disparaître la Palestine comme sujet politique autonome sur la scène internationale. Confronté à un ennemi puissant soutenu par les principales puissances impériales (Grande-Bretagne, Etats-Unis), mais aussi stimulé par le mouvement mondial d’émancipation des peuples colonisés, le mouvement national palestinien a cru un moment nécessaire et possible d’obtenir la libération par une lutte armée de longue durée soutenue en particulier par le monde arabe. Il a perdu ce pari aux prix d’énormes destructions humaines et matérielles. Une volonté intacte de résistance l’a amené à tirer les leçons des ses échecs politiques et militaires et à s’engager dans une résistance populaire non-violente

... lire la suite
1 2 3 4