« Mai 68 vu des Suds » – AFRIQUE – les vidéos

Mots-clés : Afrique, Congo, Ethiopie, Mali

Atelier du 21 mars 2018

Le CONGO et Le MALI

coordinatrice  Françoise Blum,  avec Héloïse Kiriakou, Alexis Roy

Le débat

 


L’AFRIQUE lusophone et l’ETHIOPIE

coordinatrice  Françoise Blum,  avec Maria-Benedita Basto, Pierre Guidi

Le débat

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

« Mai 68 vu des Suds » : l’ASIE – les vidéos

Mots-clés : Chine, Indonésie, Vietnam

Atelier du 20 mars 2018

La CHINE

« Influence du maoïsme et réalités de la Révolution culturelle. »

coordinateur  Pierre Rousset,  avec Alain Roux, Emmanuel Terray

Le débat

 


L’INDONÉSIE

coordinateur  Pierre Rousset,  avec Romain Bertrand

 

L’ASIE du SUD EST
« Zone des tempêtes »

avec  Pierre Rousset

Le débat

La résistance palestinienne : des armes à la non-violence

Octobre 2017 • Bernard Ravenel

Dans sa lutte désormais centenaire, le peuple palestinien, colonisé par le mouvement sioniste, a traversé plusieurs périodes correspondant à des contextes géopolitiques très différents : l’empire ottoman, le mandat britannique, la créationde l’Etat d’Israël, l’expulsion de la majorité de sa population – la Nakba -, le développement du mouvement nationaliste arabe et la constitution d’Etats arabes indépendants.

Ces bouleversements ont failli faire disparaître la Palestine comme sujet politique autonome sur la scène internationale. Confronté à un ennemi puissant soutenu par les principales puissances impériales (Grande-Bretagne, Etats-Unis), mais aussi stimulé par le mouvement mondial d’émancipation des peuples colonisés, le mouvement national palestinien a cru un moment nécessaire et possible d’obtenir la libération par une lutte armée de longue durée soutenue en particulier par le monde arabe. Il a perdu ce pari aux prix d’énormes destructions humaines et matérielles. Une volonté intacte de résistance l’a amené à tirer les leçons des ses échecs politiques et militaires et à s’engager dans une résistance populaire non-violente

... lire la suite

Robert verdier et l’honneur du socialisme

Mots-clés : Algérie, colonialisme, Indépendance, Répression

2 Septembre 2016 • Bernard Ravenel

Place Robert VerdierDepuis le 3 septembre 2016, une place de Paris  porte le nom de Robert Verdier (1910-2009), militant du PSU. Bernard Ravenel rend hommage à un homme qui s’est toujours opposé au colonialisme et a milité pour l’indépendance, en particulier de l’Algérie. Militant socialiste, il a toujours oeuvré pour le renouveau des forces de gauche. Ainsi, il a rompu avec la SFIO pour fonder le PSA aux côtés d’Edouard Depreux et a contribué à la construction du PSU. C’est par son engagement et son écriture que le tout nouveau PSU mobilise toutes ses forces pour imposer une solution négociée menant à l’indépendance. Robert Verdier signe des éditoriaux et des articles dans le journal Tribune socialiste, et développe une analyse claire des conséquences de la politique de de Gaulle en Algérie. Il montre la nécessité de s’opposer à la guerre, il encourage la désobéissance civique et montre l’urgence à traiter des problèmes de fond comme les modalités d’une association entre la France et l’Algérie sur une base d’égalité.

1 2 3 4