Yougoslavie, trente ans après le « non » à Staline

Mots-clés : autogestion, Indépendance, Socialisme

29 Juin-5 Juillet 1978 • Victor Leduc

La Ligue des communistes de Yougoslavie, trente ans après le « Non » à Staline, vient de tenir son XIème congrès. En recevant les délégations de la quasi totalité des Partis communistes, y compris l’imposante délégation soviétique et en enregistrant le message chaleureux du Parti Communiste chinois, Tito et ses compatriotes, les premiers qui ont dit non à Staline, ont éprouvé de la satisfaction. Dans son rapport, Tito se garde de triomphalisme en dépit de l’évidente consolidation de la position de la Yougoslavie. Il souligne les dangers de l’hégémonisme et condamne les partis qui tenteraient d’imposer leurs conceptions politiques et idéologiques aux pays en voie de développement. Il avoue des insuffisances dans le système économique yougoslave et rappelle les progrès à faire pour intensifier la productivité du travail et dénonce les investissements non rentables. Au coeur des problèmes il y a tout ce qui touche au développement de l’autogestion dans la vie économique. Des questions se posent pour arriver à faire naître et vivre le système politique de la base autogérée, pour venir à bout du technocratisme et de la bureaucratie. Il faut dépasser le monopole du pouvoir malgré le parti unique. Des discours optimistes et contradictoires à la fois, qui témoignent d’une réflexion et d’une volonté de dépassement qui méritent d’être signalées à tous les autogestionnaires.