La transformation des temps – Débats de l’ITS N°6

Mots-clés : Flexibilité, Précarisation, stratégie syndicale, Temps de travail

4ème Trimestre 2016 • Michel Lallement, Chantal Nicole-Drancourt, Philippe Tancelin, Sophie Binet, Eric Beynel, Dominique Hénon

Dans les numéros précédents des Débats de l’ITS, notamment le numéro 2 (« Les liens sociaux en question. Précarités ») et le numéro 5 (« Les reconfigurations du travail ») nous avions eu à plusieurs reprises l’occasion de rencontrer la question du/des temps. Ce numéro est entièrement consacré à cette question.

Deux idées semblaient, au départ, dessiner un nouvel espace temps, un nouveau rapport aux temps (de travail, de vie…) : d’une part, depuis au moins deux siècles, une tendance continue à la baisse du temps de travail, d’autre part, depuis au moins quelques dizaines d’années, une aspiration à vivre autrement qu’à travers le travail.
Pourtant ce regard ne semble plus concorder totalement à la réalité de ce qui est vécu aujourd’hui : face à « un travail sans limites » (pour reprendre le titre d’un ouvrage de Patrick Cingolani) la question de la centralité du travail dans le temps de vie semble revenir en force.

Michel Lallement et Chantal Nicole-Drancourt, sociologues, proposent un panorama des approches possibles. Des syndicalistes : Sophie Binet (UGICT-CGT), Eric Beynel (Solidaires), Dominique Hénon (CFDT) livrent d’autres points de vue. Jacques Rigaudiat, économiste, revient sur l’expérience française des 35 heures. Philippe Tancelin, avec ses mots de poète, évoque le « corvéable à merci ».
Certes, les temps se transforment, mais pas toujours dans l’harmonie !

Textes :

Michel Lallement
Temps de travail et temps sociaux. Une mise en perspective et quelques enjeux
Chantal Nicole-Drancourt
Transformation du rapport au temps et au travail ou transformation des régimes de temporalité ?
Philippe Tancelin
De la porosité des temps chez le corvéable à merci
Jacques Rigaudiat
Quelles leçons tirer de l’expérience française des 35 heures ?
Sophie Binet
Le taylorisme n’est pas mort
Eric Beynel
La question du temps reste un marqueur central
Dominique Hénon
Les temps de l’incertitude

Editions Bruno Leprince, décembre 2016 – 78 p.

Les reconfigurations du travail – Débats ITS N°5

Mots-clés : Capitalisme, lien social, Organisation du travail, précarités

Octobre 2016 • Dominique Gillier, Frédéric Bricnet et Daniel Richter, Odile Merckling, Patrick Cingolani, Yves Sinigaglia, Joël Decaillon

Couverture Débats N°5Avec ce numéro 5 des Débats de l’ITS, nous poursuivons notre réflexion sur l’éclatement du salariat et ses conséquences, tant pour le présent que pour l’avenir. Les évolutions du travail et des métiers sont des questions d’une brûlante actualité ! Dans le prolongement des Débats n° 2, sur la précarité, nous en proposons quelques approches, notamment autour de la sous-traitance..

Comment les métiers évoluent-ils compte tenu de la contradiction entre la baisse des coûts recherchée dans tous les secteurs et l’évolution des qualifications induites par les nouvelles technologies ?

Comment fonctionnent la précarité et la sous-traitance dans l’automobile et l’aéronautique, dans les secteurs du nettoyage, de l’hôtellerie-restauration, du bâtiment, et même dans l’administration publique ?

L’« ubérisation », le capitalisme de plate-forme, est loin de répondre à l’idéal collaboratif qu’il revendique. Comment contrer ce processus en créant de nouvelles solidarités ?

Les déclarations sur le « renforcement du dialogue social » européen ont débouché, dans les faits, sur son étouffement. Peut-on rompre avec le consensus de Washington et les chimères du traité de Maastricht ?

Sommaire :

Dominique Gillier
Les transformations des métiers

Frédéric Bricnet, Daniel Richter
Branches, filières, sous-traitance. Focales sur l’automobile et l’aéronautique

Odile Merckling
Nettoyage, services à la personne… Face à l’émiettement des emplois, quelles perspectives pour les femmes ?

Patrick Cingolani
Sur le capitalisme de plate-forme et ses conséquences pour les travailleurs

Yves Sinigaglia
Les inspecteurs du travail face à la précarité et à la sous-traitance

Joël Decaillon
Le « dialogue social européen peut-il exister ? »

Editions Bruno Leprince, septembre 2016 – 72 p.

Laïcité-laïcités, Débats 4

Mots-clés : diversité, laïcité, Sociologie

Juin 2016 • Chahla Chafiq, Jean Baubérot, Jean-Michel Ducomte, Soad Baba-Aissa, Monique Dental - Jean Boussinesq, Alexandre Derczansky, Driss El Yazami, Ezzedine Mestiri, Jean-Louis Schlegel

Couverture Débats N°4, Juin 2016Si en théorie la laïcité est censée être un facteur d’unité, du vivre ensemble, nous voyons bien que dans les faits son évocation suscite des débats particulièrement durs, dans lesquels s’opposent un rigorisme qui se veut sans faille, poursuivant les expressions religieuses dans l’espace public au risque de nier les diversités culturelles et historiques, et d’un autre côté la défense absolue de celles et ceux représentant le symbole des opprimés au risque de ne plus avoir le moindre sens critique vis-à-vis des aspects les plus rétrogrades des offensives religieuses actuelles. Au-delà : les questions des droits, de la culture, du racisme, de notre histoire, notamment coloniale, de l’égalité entre femmes et hommes, des « minorités »…. qui mettent en jeu notre regard sur l’histoire et le monde, le passé et le présent. Nous n’avons donc pas cherché dans cette publication à faire apparaître une position (ou des positions) qui permettrai(en)t de trancher un débat engagé en fait depuis longtemps, sous des formes et avec des contenus variables, mais plutôt à faire apparaître les enjeux politiques essentiels des débats actuels.

Sommaire :

Chahla Chafiq : Le religieux, le politique et la laïcité : les défis actuels

Jean Baubérot: Les sept laïcités françaises

Jean-Michel Ducomte : La laïcité face au défi de la diversité culturelle

Soad Baba-Aissa: Musulmane sociologique

Monique Dental : Stratégies des mouvements féministes face aux défis politico-religieux dans les conférences mondiales onusiennes de 1990 à 2005

Document : Table ronde avec : Jean Bauberot, Jean Boussinesq, Alexandre Derczansky, Driss El Yazami, Ezzedine Mestiri, Jean-Louis Schlegel La laïcité dans la société multiculturelle de demain

 

Quand la gauche se réinventait. Le PSU, histoire d’un parti visionnaire 1960-1989

Mots-clés : PSU

2016 • RAVENEL Bernard

Cote : RAVE

le Parti Socialiste Unifié (PSU) fondé en 1960 pour lutter contre la guerre d’Algérie, s’est rapidement donné les moyens politiques d’une stratégie authentiquement socialiste que ni le Parti communiste ni la SFIO ne proposaient. C’est l’histoire méconnue de cette organisation visionnaire que Bernard Ravenel – qui en fut membre jusqu’à sa dissolution en 1989 -retrace dans ce livre, avec passion et rigueur. Il y montre comment un parti, par l’action et la réflexion, a pu interpeller la société à contre-courant, sur nombre d’enjeux cruciaux toujours actuels. Seul parti à soutenir pleinement le mouvement de Mai 68 et ses aspirations antiautoritaires, le PSU a tenté d’en tirer les leçons pour construire un projet de société mariant socialisme et liberté. À partir des mobilisations sociales et de débats souvent intenses, il a avancé des propositions que la gauche historique a longtemps refusé de prendre en compte. Réduction massive du temps de travail, décentralisation et démocratie locale, émancipation des femmes, alternatives au nucléaire militaire et civil, solidarité avec les peuples du Sud et d’Europe de l’Est, égalité des droits pour les immigrés, préservation de l’environnement : sur tous ces thèmes, on découvrira avec surprise à quel point le PSU a joué un rôle précurseur de « lanceur d’alerte ». Loin d’être un accident de l’histoire, le PSU, du fait aussi de sa composition plurielle où se côtoyaient intellectuels, cadres, ouvriers, paysans et étudiants, chrétiens et athées, réformistes et révolutionnaires, a pu anticiper des problèmes qui restent irrésolus. Une lecture salutaire pour tous ceux qui entendent aujourd’hui participer à la construction de l’avenir. Bernard Ravenel, agrégé d’histoire, a été membre du PSU dès sa fondation en 1960. Chargé des relations internationales du PSU de 1974 à 1984, il est l’auteur de plusieurs livres consacrés aux problèmes méditerranéens, dont Méditerranée : le Nord contre le Sud ? (L’Harmattan, 1990) et Méditerranée : l’impossible mur (LHarmattan, 1995).

RAVENEL Bernard
2016
24 x 15,4 cm, 365 p.
La Découverte

1 2 3 4 7