1 4 5 6 7 8 70

Pour une alternative politique de gauche

Mots-clés : Congrès - PSU, Politique Économique, stratégie politique

Mai 1983 • Contributions Congrès Vénissieux Texte 1

« Pour une alternative politique de gauche » est le Texte 1 des contributions pour le Congrès de Vénissieux (10-12 Juin 1983). Les enjeux du Congrès sont d’une part l’entrée d’Huguette Bourchardeau au gouvernement et d’autre part, la place et les positions du PSU dans la nouvelle situation politique. Le PSU n’accepte pas les orientations et les réponses du 3ème gouvernement Mauroy à la crise sociale et économique. Le programme adopté par le gouvernement en mars 83 est basé sur une politique d’austérité dont l’axe principal est de réduire la demande populaire par une attaque des revenus de la plus grande partie des couches salariées, et fait de nombreuses concessions au patronat sans aucune contre-partie. La base électorale de la gauche se rétrécit. La tâche prioritaire du PSU aujourd’hui est de travailler à promouvoir une politique alternative de gauche à la ligne gouvernementale actuelle. Le PSU doit réaffirmer qu’il se situe sans ambigüité au sein de la gauche avec la volonté de construire l’unité populaire. Il préconise une politique sociale et économique ouvrant la voie à un processus autogestionnaire, le désengagement de l’atlantisme, la priorité à l’emploi, une réforme de la fiscalité. Il projette un programme de luttes. Les signataires du texte 1 souhaite une direction collégiale associant les principales composantes du parti afin que les décisions du Congrès soient appliquées démocratiquement.

Gouvernement et autogestion

Mots-clés : Socialisme, stratégie politique

1er Trimestre 1982 • Bernard Ravenel

En accédant au pouvoir en 1981, la gauche française est face à un défi tant sur le plan national qu’international. Dans ce contexte, Bernard Ravenel, analyse les données d’une alternative autogestionnaire. Il propose plusieurs pistes de réflexions tant sur le plan politique, économique et de gouvernance qu’en faveur d’une modification structurelle de la consommation. L’analyse souligne que cette perspective autogestionnaire est est un processus qui doit être social et démocratique réalisant à chaque moment une consensus majoritaire dans lequel fins et moyens, social et politique, mouvement et gouvernement seront intimement liés.

Congrès de Colombes : commission structure

Mots-clés : Congrès - PSU, Socialisme autogestionnaire, stratégie politique

20-26 Février 1981

Pour le Congrès de Colombes, la commission structure a examiné les contradictions majeures entre le discours autogestionnaire et les fonctionnements internes du Parti. Si le PSU est pour la reconnaissance des minorités nationales et pour l’autonomie des régions, il continue pourtant à fonctionner avec un pouvoir central presque aussi concentré que l’Etat français. Le PSU dénonce la démocratie parlementariste et pourtant les débats à la Direction Politique ou la préparation des Congrès sont de même type. La commission propose, dans cette même optique, deux axes de réflexion : la préparation du Congrès et les modalités de l’élection de la Direction Politique. Elle envisage par ailleurs une réflexion à plus long terme et souhaite que la Commission des minorités nationales et la Commission Plans Alter s’interrogent sur ce que pourrait être un Etat confédéral de type socialiste autogestionnaire.

12ème Congrès du PSU, Colombes

Mots-clés : Congrès - PSU, Socialisme autogestionnaire, stratégie politique

7-8 Février 1981

Le 12ème Congrès du PSU a eu lieu à Colombes les 7 et 8 Février 1981. Le contexte des élections présidentielles à venir marque ce Congrès. Les textes d’orientation se répartissent en deux textes : les textes A (A1-A2 ET A3) et le texte B.  Les textes A affirment que l’autogestion peut être un facteur de rassemblement et d’espoir pour surmonter les dispersions et les déceptions des militants, en particulier du PS et du PC. Une gauche nouvelle, unitaire et autogestionnaire doit s’affirmer pour que s’ouvrent de nouvelles perspectives pour une transformation socialiste de la société. Pour cela il faut définir la stratégie autogestionnaire qui exige une étroite liaison entre luttes sociales et luttes politiques et les forces sociales sur lesquelles s’appuie le projet. C’est à travers la dynamique créée par la lutte des femmes, les luttes anti-racistes des minorités nationales, les luttes portées par le mouvement écologique que les forces sociales pour le projet autogestionnaire se définissent. Le P.S.U. ne peut être, cependant, qu’un élément de cette nouvelle force politique qui doit d’abord rassembler l’ensemble de ce qu’on appelle le courant autogestionnaire. Le texte B rappelle que les militants se situent dans la gauche révolutionnaire et qu’il s’agit avant tout de poser les jalons de l’unité populaire et pour cela de globaliser les luttes dans une dynamique révolutionnaire. Les luttes ne peuvent être strictement nationales et une participation accrue aux luttes internationales est nécessaire. Quatre motions présentées ont été adoptées par acclamation.

1 4 5 6 7 8 70