Sous la Direction de Pierre Naville et Gilbert Estève, l’objet de ce cycle d’économie marxiste est, après l’exposé nécessaire des fondements de la théorie marxiste, de proposer une approche critique, concrète et actuelle des contradictions du capitalisme à l’échelle internationale, des « modèles » socialistes et de leur insertion dans les structures économiques mondiales. L’objet de ces conférences, est de préciser à la fois les diverses stratégies de la bourgeoisie face à la crise et la stratégie du contrôle en tant qu’étape fondamentale d’une transformation radicale des rapports de production actuels vers l’autogestion. Les conférences se sont déroulées sur toute l’année 1976. Elles ont abordées successivement  les fondements de l’exploitation capitaliste, le développement du capital et
 les contradictions du capitalisme, le rôle économique de l’État, la crise : vers une nouvelle division du travail, l’économie capitaliste française dans le capitalisme international, le Tiers-monde et les matières premières et enfin économie politique, contrôle, autogestion. A ce jour seules les interventions de Michel Etienne et Pierre Jalée ont été conservées.

Pour écouter les conférences utiliser le navigateur FireFox

Michel ETIENNE  La crise : vers une nouvelle division du travail. En introduction à sa conférence Michel Etienne, précise qu’il abordera deux thèmes particuliers : la crise et l’inflation. Il explique que l’inflation et la crise du système monétaire international ont provoqué un déséquilibre économique mais ne sont pas les causes fondamentales de la crise. Elles sont les manifestations d’un détraquement à la fois profond et durable du mode de production capitaliste. Il explique le fonctionnement du système monétaire international, son origine, son évolution et ses crises. Il revient sur les accords de Bretton-woods et en donne les conséquences. Dans un deuxième temps il aborde la question de l’inflation comme conséquence de l’accentuation de la lutte des classes. Le dérèglement du système, en particulier la politique d’austérité décidée par le gouvernement engendre le développement et la transformation des luttes anti-capitalistes. Pourtant les capacités du systèmes à s’adapter sont immenses, la crise est ouverte et malgré tout les classes exploitées peuvent vaincre.

 

Pierre JALÉE : Tiers-Monde et matières premières. Pierre Jalée aborde la question de la dépendance des pays riches industrialisés aux pays en voie de développement, pour leurs besoins en matières énergétiques. Cette dépendance s’est considérablement accrue d’une part, du fait du développement important et dépensier des industries et d’autre part compte tenu de l’augmentation rapide des matières premières, en particulier pour le pétrole à partir des années 1972-1974. L’inflation mondiale dans le monde capitaliste n’est cependant pas due à cette augmentation des matières premières, mais plutôt aux mécanismes de la gestion capitaliste des systèmes de production. Il développe également la question de l’unicité du prolétariat mondial face à ceux qui détiennent le capital.