Le guide de la France polluée

Mots-clés : Barrages, Camps militaires, Fleuves, France, Nucléaire, Pollution

1978 • Collectif 78 - HOEBEKE Lionel

Cote : COLL

La France polluée, région par région Avertissement Les problèmes écologiques de la France sont trop nombreux pour rentrer dans un livre ; l’incident, signe apparent du déséquilibre, est quotidien. Notre inventaire de la France polluée réunit un certain nombre d’incidents-accidents ayant eu lieu chez nous, entre 1976 et 1978. Certains s’étonneront que notre tour d’horizon soit aussi prospectif. C’est que la prolifération des centrales nucléaires fait peser sur notre environnement des menaces inquiétantes ; il n’est pas trop tôt pour les évaluer, il est encore temps de s’y opposer. Des cartes complètent souvent nos informations écrites. Reste que le meilleur constat se fera toujours sur le terrain. La liste des associations écologiques et de protection de la nature figure dans ce guide.

Collectif 78 – HOEBEKE Lionel
1978
22 X 12 cm, 176 p.
Editions Fayolle. Guides Fayolle

L’eurocommunisme

Mots-clés : Espagne, Eurocommunisme, France, Italie, Socialisme

1977 • CLAUDIN Fernando

Cote : CLAU

L’eurocommunisme hésite encore à se reconnaître comme tel, il doute de lui et se nie en même temps qu’il s’affirme. Tant en ce qui concerne les problèmes internationaux que ceux de politique intérieure, les trois principaux partis eurocommunistes, italien, français, espagnol, ont jusqu’à présent refusé toute discussion de fond et toute position commune. L’une des raisons de cette attitude — comme l’a montré le sommet de Madrid — est la crainte d’aggraver l’affrontement avec Moscou. Malgré tout, la résistance à l’action conjointe est probablement due à l’incertitude de chaque parti sur sa propre politique. Les trois partis oscillent entre la tentation social-démocrate — réduction de la voie démocratique au socialisme à une simple réformisme social-démocrate — et la volonté de tout faire pour créer les conditions d’une alternative socialiste à la crise du capitalisme. Tous trois annoncent une démocratisation interne, mais ne se décident pas a se défaire du centralisme antidémocratique. Tous trois disent avoir surmonté leur passé stalinien, mais continuent de reculer devant le dévoilement total de la vérité historique. L’eurocommunisme contient la possibilité et l’espoir d’une résolution — dans le capitalisme mûr — de la crise générale du mouvement communiste. Mais ce sera peut-être aussi son chant du cygne. Cette incertitude ne doit pas seulement préoccuper les communistes, mais aussi toutes les forces qui se situent dans la perspective socialiste, car il est aussi problématique de concevoir la transition socialiste en Occident sans les communistes que sans les socialistes. Si la pratique de l’eurocommunisme ne tient pas ses promesses et si le socialisme ne dépasse pas le réformisme social-démocrate, le capitalisme pourra se rétablir à nouveau, et le chemin du socialisme se fermera une fois de plus en Europe pour une étape de durée indéterminée. Chemin étroit, difficile, hérissé d’écueils : ce serait une illusion que de le nier. Mais c’est le seul chemin possible et il doit être tenté. Car l’unique alternative au socialisme reste la barbarie. L’auteur : Fernando Claudin était dirigeant des Jeunesses communistes espagnoles avant la guerre civile, à l’époque où Santiago Carillo était, lui. dirigeant des Jeunesses socialistes, Santiago « Carillo ayant adhéré au parti communiste en 1936. Fendant la guerre civile. Fernando Claudin a été élu au Comité central du paru communiste, puis, en 1947, au Bureau politique et, en 1956, au Secrétariat du Parti. Exclu en 1964. il est. depuis, resté indépendant. Il est l’auteur de La crise du mouvement communiste international (éditions Maspero, 1972) et de Marx et Engels et la révolution de 1848 (à paraître aux éditions Maspero). Il vit actuellement à Madrid. .

CLAUDIN Fernando
1977
22 x 13,5 cm, 151 p.
François Maspero

Seule une écologie socialiste…

Mots-clés : Afrique, Capitalisme, Chine, colonialisme, Cuba, Écologie, France, Inde, Socialisme, URSS

1977 • DUMONT René

Cote : DUMO

Ce livre rassemble l’expérience de toute une vie, celle de René Dumont, agronome, ancien professeur à l’Agro, et spécialiste des problèmes agricoles des pays du Tiers Monde, notamment. Le livre a donc deux axes. D’une part un livre de souvenirs, le bilan d’une vie. Dumont y raconte ses voyages en Afrique, en Asie, en Amérique latine et en Europe, particulièrement en Europe de l’Est. Il y expose également ce qu’il croit, ce à quoi il n’a jamais cru (Dieu, les vertus du capitalisme et de l’économie libérale), ses désillusions face à ce qu’il croyait — particulièrement, il a cherché vainement, jusqu’à présent, un socialisme à visage humain qui se soit maintenu au pouvoir. D’où une critique précise, même si en sympathie, de la Chine et de Cuba, une condamnation du système économique en URSS. Mais aussi ce livre est un livre d’avenir. D’abord cri d’alarme devant ce qui risque de se passer — René Dumont, qui fut candidat aux élections présidentielles de 1974 sur ce thème, expose les risques dénoncés par les écologistes. Mais il apporte aussi un certain nombre de suggestions pour éviter les drames futurs, arrêter le gaspillage, l’exploitation anarchique et impitoyable du Tiers Monde, qui ne fait aujourd’hui que développer son sous-développement, limiter la consommation inutile et outrageuse envers les pays pauvres, cesser de croire que le déséquilibre pourra se maintenir, et que les ressources de la planète sont inépuisables, stopper l’explosion démographique. Un livre sur l’avenir à partir d’une expérience solide et précise du passé et du présent.

DUMONT René
1977
21,5 x13,5 cm, 188 p.
Robert Laffont

Le dossier Hersant

Mots-clés : France, Hersant, Le Figaro, presse

1977 • BRIMO Nicolas , avec la collaboration d’Anne Guérin

Cote : BRIM

« Affairiste », « mégalomane », « tartarin », ces quelques qualificatifs que des journalistes de Paris-Normandie, dans un livre noir, avaient accolés au nom de leur patron Robert Hersant, leur valurent une plainte en bonne et due forme devant les tribunaux. Il régnait déjà sur 15 % de la presse française et s’apprêtait alors à racheter le vénérable Figaro. Un mois plus tard, le Canard Enchaîné publiait à sa « une », en gros caractères rouges : « Pour Le Figaro : un ex-nazi, un ex-escroc ». Cette fois, Robert Hersant négligea de faire appel à la justice. Tel est l’homme qui contrôle, en 1977, 20 % de la presse française (après le rachat du Figaro et de France-Soir). Aucun patron de presse français n’a suscité autant de réactions passionnelles, autant de protestations véhémentes, autant d’articles que Robert Hersant. Aucun, non plus, n’a contrôlé autant d’exemplaires. Aucun n’a fait preuve d’un cynisme aussi tranquille. Aujourd’hui, « R.H. », comme l’appellent entre eux ses collaborateurs, règne. Aucune force politique ou syndicale n’a su lui faire obstacle. Il faudra bien qu’un jour la profession dans son ensemble et les militants de gauche analysent les raisons de cet échec. Vomir sur « R.H. » ne saurait suffire. Il n’est que temps d’apprendre à le combattre. Ce livre n’a d’autres prétentions que d’en fournir quelques moyens. Directeur de journaux, Robert Hersant a horreur de l’information. S’il est devenu dans la France de 1977 l’homme qui édite le plus de quotidiens, il le doit d’abord à cette qualité. Il n’est aujourd’hui que justice de le prendre à ce piège en informant sur son ascension résistible, des prisons de l’épuration aux fauteuils directoriaux. Nicolas Brimo, journaliste au Canard enchaîné, a collaboré notamment à L’Unité, a écrit en 1975, avec Claude Angeli, Une milice patronale : Peugeot. Il prépare un recueil sur Paul Nizan, journaliste.

BRIMO Nicolas , avec la collaboration d’Anne Guérin
1977
22 X 13,5 cm, 134 p.
François Maspero

1 2 3 4 10