1 4 5 6 7 8 41

Autogestion : un coin dans leur monde

Mots-clés : Congrès - PSU, Politique Économique, Socialisme, stratégie politique

Mai 1983 • Texte 3 des contribution au Congrès de Vénissieux, Huguette Bouchardeau, Michel Mousel

« Autogestion : un coin dans leur monde » est le texte 3 des contributions au Congrès de Vénissieux (10-12 Juin 1983). Elections municipales : Avertissement pour la gauche – Remaniement ministériel –  Le Plan Delors : la gauche malade de la crise, tel sont les trois faits majeurs de ces derniers mois. Dans ce contexte, le PSU a remporté avec succès un certain nombre de municipalités et s’investit pour la première fois dans des responsabilités ministérielles. Les propositions de ce troisième texte s’inscrivent dans le cadre de l’orientation majoritaire du Congrès de Nantes. Porteur d’un projet alternatif : l’autogestion, les propositions engagent une réflexion sur la place du Parti dans le champ politique. Cependant, les réformes proposées par le gouvernement n’ont pas répondu à un projet autogestionnaire de transformation sociale, au contraire elles menacent la cohésion de la base sociale de la gauche. Les signataires demandent que les liens avec militants engagés dans les institutions soient renforcés et coordonnés avec les secteurs et commissions du Parti, une régionalisation du Parti, un véritable exercice de la démocratie au sein du Parti, une communication efficace. La relance du secteur entreprises devrait permettre un travail sur les questions économiques et sociales. La participation aux mouvements en faveur de la paix doit être poursuivie.

Une nouvelle ambition pour le PSU

Mots-clés : Politique Économique, Socialisme autogestionnaire

Mai 1983 • Contribution au Congrès de Vénissieux Texte 2

« Une nouvelle ambition pour le PSU » est le texte 2 des contributions pour le Congrès de Vénissieux (10-12 juin 1983). La participation d’Huguette Bouchardeau au gouvernement est vécue par les signataires comme une chance pour le PSU en terme de crédibilité et d’audience auprès des travailleurs, syndicalistes, militants. Pour autant ils sont conscients qu’il est nécessaire de poser les jalons d’un parti influent pour l’autogestion, et de faire des propositions concrètes en réponse à la crise économique. Ils demandent un véritable partage du pouvoir dans l’entreprise par le développement des droits et pouvoirs des travailleurs, le développement de leur capacité d’intervention : sur les conditions et l’organisation du travail, sur l’introduction des nouvelles technologies, afin de permettre une autre productivité du travail fondée sur l’initiative ouvrière.  Par ailleurs, pour assurer le maintien du pouvoir d’achat des couches populaires, il réclame une véritable redistribution des revenus au travers du partage du travail, d’une réforme de la fiscalité, de la protection sociale, d’une révision antihiérarchique de la grille des salaires. Les signataires posent clairement le choix d’une société socialiste, anti productiviste. Au niveau de la politique étrangère, ils plaident pour le desserrement des contraintes internationales, le non-alignement, le refus de la politique des blocs, le désarmement nucléaire en Europe.

Pour une alternative politique de gauche

Mots-clés : Congrès - PSU, Politique Économique, stratégie politique

Mai 1983 • Contributions Congrès Vénissieux Texte 1

« Pour une alternative politique de gauche » est le Texte 1 des contributions pour le Congrès de Vénissieux (10-12 Juin 1983). Les enjeux du Congrès sont d’une part l’entrée d’Huguette Bourchardeau au gouvernement et d’autre part, la place et les positions du PSU dans la nouvelle situation politique. Le PSU n’accepte pas les orientations et les réponses du 3ème gouvernement Mauroy à la crise sociale et économique. Le programme adopté par le gouvernement en mars 83 est basé sur une politique d’austérité dont l’axe principal est de réduire la demande populaire par une attaque des revenus de la plus grande partie des couches salariées, et fait de nombreuses concessions au patronat sans aucune contre-partie. La base électorale de la gauche se rétrécit. La tâche prioritaire du PSU aujourd’hui est de travailler à promouvoir une politique alternative de gauche à la ligne gouvernementale actuelle. Le PSU doit réaffirmer qu’il se situe sans ambigüité au sein de la gauche avec la volonté de construire l’unité populaire. Il préconise une politique sociale et économique ouvrant la voie à un processus autogestionnaire, le désengagement de l’atlantisme, la priorité à l’emploi, une réforme de la fiscalité. Il projette un programme de luttes. Les signataires du texte 1 souhaite une direction collégiale associant les principales composantes du parti afin que les décisions du Congrès soient appliquées démocratiquement.

Nationalisations : un pas vers l’autogestion ?

Mots-clés : Politique Économique

1er Trimestre 1982 • Jacques Arnol

Les nationalisations d’entreprises privées présentées par le gouvernement Mauroy ont déchainé les passions à droite comme à gauche. Pour le PSU, la question des nationalisations est une question essentielle pour une transition vers le socialisme. Il est donc essentiel pour les autogestionnaires d’affiner la réflexion et de voir quelles pourraient être les conditions qui feraient des nationalisations un premier pas vers l’autogestion. Il faut mettre le secteur nationalisé au service d’une autre logique industrielle et économique que celle du profit et faire des nationalisations un outil de transformation sociale avec une redéfinition des objectifs. La question se pose alors de l’autogestion ou de la cogestion.

1 4 5 6 7 8 41