Grande-Bretagne : contrôle ouvrier ou capitulation ?

9-16 Septembre 1976 • Claude Vancour

En Grande-Bretagne on approche des 1 500 000 chômeurs et ce sous un gouvernement travailliste, émanation de l’énorme syndicat unique, le TUC. Le 23 juillet 1976, le chancelier Denis Healey, leader de la droite travailliste et homme lige des USA, annonçait une réduction des dépenses publiques de plus d’un milliard de livres, imposant la « profitabilité » de l’industrie privée. Quelques jours plus tard, la direction des syndicats conclut un accord antigrève de trois ans avec le gouvernement approuvé de justesse par la direction du Parti. La gauche syndicale et politique combat ouvertement cette politique de collaboration de classe. Elle le dit à la Xème conférence national pour le Contrôle ouvrier, le 3 juillet à Keele. Le PSU y était. Le contrôle ouvrier est l’enjeu et l’outil de cette longue lutte à venir.

Mots-clés : Politique Économique, Pouvoir populaire, stratégie politique

Archives en relation

Faire une recherche


Ajouter un commentaire

Pas de commentaire (0)