Marx, l’association, l’anti-Lénine. Vers l’abolition du salariat

1974 • BERGER Claude

Cote : BERG

En 1882, Engels dénonçait le « parti de la conservation du salaire » au sein du mouvement ouvrier organisé. Au XXe siècle, Lénine fortifia ce « parti ». Les options léninistes, le « socialisme » défini comme « le monopole capitaliste d’Etat mis au service du peuple entier », la division capitaliste du travail, l’attribution d’une portée essentiellement revendicative et réformiste aux luttes de classes spontanées, eurent tôt fait d’engager la Révolution des Soviets dans l’édification d’un salariat « ouvrier », base matérielle du stalinisme. Marx, quant à lui, attribuait aux grèves émancipatrices une potentialité de révolution contre le salariat. Aujourd’hui, alors que les grèves émancipatrices prolifèrent, les pratiques politiques et les projets du mouvement ouvrier organisé — qu’ils se nomment « Programme Commun » ou « Autogestion » — vont toujours dans le sens de la conservation du salariat. Donnant le même nom d’Association à la grève émancipatrice, au mouvement révolutionnaire réel, à la structure sociale de la société communale, Marx risque d’être enfin d’actualité une fois démystifié le « marxisme-léninisme » 1. L’oppression du salariat 2. Vers l’abolition du salariat 3. Lénine et le “socialisme d’État” ou Marx et l’Association

BERGER Claude
238
1974
18 x 11 cm, 302 p.
Petite bibliothèque Payot

Mots-clés : Association, Classes, Etat, Léninisme, marxisme, Salariat, Travail

Archives en relation

Aucune archive en relation.

Faire une recherche


Les commentaires sont fermés.