L’État-patron : théories et réalités. (Le rôle des entreprises publiques, en France, depuis la Libération

1973 • BRACHET Philippe

Cote : BRAC

Les entreprises publiques sont l’enjeu d’un double débat politique. D’abord entre Droite et Gauche. La Droite soutenant que la gestion publique s’expliquait par la pénurie d’après-guerre mais que la gestion privée est plus efficace depuis que la France est devenue un pays moderne. La Gauche soutenant dans les nationalisations le retour à la collectivité d’activités sociales par leurs dimensions et dénonçant leur utilisation par les Gouvernements de Droite pour restaurer le profit privé. Mais elles sont aussi l’objet d’un débat au sein de la Gauche, entre les partisans de leur extension sous leur forme actuelle, pour l’essentiel, dans la phase de « démocratie avancée » qui s’ouvrira avec l’arrivée de la Gauche au Gouvernement, et les partisans de l’autogestion socialiste pour lesquels, si l’extension des nationalisations est une condition nécessaire de l’instauration du socialisme, elle n’est nullement suffisante, l’essentiel étant les transformations dans l’appareil de production et d’échanges qui en donnent effectivement le contrôle direct aux travailleurs. Pour éclairer ces débats, il faut partir d’un double acquit : d’une part il faut dresser le bilan des résultats des entreprises publiques depuis la Libération. Pourquoi certaines sont-elles en déficit ? Ont-elles favorisé la croissance ou l’ont-elles freiné ? Quelle a été la politique de l’Etat capitaliste à leur égard ? A-t-elle réussi ? Il faut partir également d’un autre acquit : celui que constituent les théories de l’Etat et de son rôle économique : théories bourgeoises, théories marxistes (celle du P.C F. est loin d’être la seule) Permettent-elles de rendre compte des résultats des entreprises publiques ? Présenter ces deux perspectives et les confronter : tel est l’objet de ce livre qui, en donnant en annexes le dossier (jamais constitué de façon aussi complète) des résultats complets des entreprises publiques depuis 1945, permet au lecteur de vérifier les affirmations de l’auteur et d’entreprendre ses propres recherches s’il le désire. Philippe BRACHET, 32 ans. Economiste et sociologue, chargé de cours en sciences économiques à l’Université Paris X-Nanterre. Milite au P.S.U. depuis i960.

BRACHET Philippe
SD
21,5 x 13,5 cm, 264 p.
Syros

Mots-clés : Économie, Entreprise, Etat

Archives en relation

Aucune archive en relation.

Faire une recherche


Les commentaires sont fermés.