Le marxime après Marx

1970 • Pierre SOUYRI

Cote : SOUY

Depuis la mort de Marx et d’Engels, le marxisme n’a pris rang parmi les grandes idéologies mondiales qu’en se différenciant en plusieurs courants, qui sont devenus des systèmes de pensée et d’action irréductiblement distincts et antagonistes. Social-démocratie et bolchévisme, stalinisme et trotskisme, « révisionnisme » et maoisme, etc., ne recouvrent cependant pas tous les clivages qui se sont produits dans la pensée marxiste. C’est pourquoi on a fait place aussi aux courants radicaux qui se sont situés sur la gauche du léninisme et dont les apports théoriques originaux ne sont pas négligeables. Face aux amples transformations qui, depuis la dernière guerre surtout, se sont réalisées dans les sociétés contemporaines, un certain marxisme est apparu comme un dogmatisme pétrifié et dépassé. Mais le marxisme n’est-il que cela ? PREMIERE PARTIE: LES FAITS 1. Orthodoxes, révisionnistes et radicaux dans la 2° internationale (1895-1918) 2. Grandeur et limites du marxisme russe (1884-1924) 3. Déchirements dans le communisme (1924-1967) 4. Les marxistes sans le pouvoir (1918-1940) 5. Nouvelles perspectives (1939-12967) DEUXIEME PARTIE: ELEMENTS DU DOSSIER ET ETAT DE LA QUESTION 1. Textes et documents 2. Les marxistes se jugent entre eux 3. Problèmes et querelles d’interprétation

Pierre SOUYRI
1970
17 X 11 cm, 128 p.
Flammarion

Mots-clés : Bolchévisme, Communisme, Démocratie, Luxembourgisme, marxisme, Révisionnisme, Social, Stalinisme, Trotskisme

Archives en relation

Aucune archive en relation.

Faire une recherche


Les commentaires sont fermés.