Le Congrès de Tours. Naissance du Parti communiste français

1964 • Présentation : Annie Kriegel

Cote : KRIE

Quarante-quatre ans plus tard, la scission du mouvement ouvrier français paralyse encore la gauche. Socialistes, communistes : la nuit commence ou finit-elle à Tours? Noël 1920, pourquoi le grand schisme à ce dix-huitième congrès du Parti socialiste unifié? La guerre? La Révolution russe? Frères ennemis, voici le dossier de la rupture. Introduction : Sous le signe de la guerre et de la révolution russe. 1 / Samedi 25 décembre. — Les interventions des chefs de délégations fédérales. 2/ Dimanche 26 décembre. — Le discours de M. Sembat. 3/ Lundi 27 décembre. — Matin : les discours de M. Cachin et P. Faure. Après-midi : le discours de Léon Blum. 4/ Mardi 28 décembre. — Le télégramme de Zinoviev. Le discours de L. O. Frossard. Le salut de C. Zetkin. Le discours de J. Longuet. 5/ Mercredi 29 décembre. — Fin du discours de Longuet. Premier vote sur l’adhésion. Discussion sur la réponse au télégramme de Zinoviev. Deuxième vote : la rupture. Annexes : les 21 conditions d’admission dans l’Internationale communiste.

Présentation : Annie Kriegel
1964
18 x 10,8 cm, 258 p.
Julliard Archives

Mots-clés : Congrès Tours, Internationale, Parti Socialiste, PCF, Témoignages

Archives en relation

Aucune archive en relation.

Faire une recherche


Les commentaires sont fermés.