Perspectives autogestionnaires

Mots-clés : CFDT, CLAS, Congrès, Socialisme autogestionnaire, stratégie syndicale

14 Juin 1973 • Entretien avec André Jeanson, propos recueillis par Gérard Feran

Après le congrès de la CFDT et les initiatives du Comité de Liaison pour l’autogestion socialiste, André Jeanson, fait le point sur les perspectives autogestionnaires abordées lors de ce 36ème congrès. La CFDT veut préciser sa place dans le courant socialiste autogestionnaire et le rôle qu’elle entend y jouer, et préciser quel sera la nature de ses contacts avec les formations politiques et toutes les organisations qui ont pris l’autogestion comme thème d’action. La CFDT a pris l’initiative de lancer un comité permanent pour organiser plusieurs colloques sur l’autogestion. La démarche du C.L.A.S. est d’inventer autre chose qu’un parti politique traditionnel. Il s’agit plutôt d’inventer un mouvement politique qui serait autogestionnaire dans ses structures, son style d’action, dans les types de liens qu’il essaye de construire avec des organisations qui ne sont pas directement politiques. Il s’agit de construire un mouvement au sein duquel chacun pourra conserver sa spécificité, syndicale, politique ou culturelle et où puissent s’exprimer les différents aspects d’un même combat.

Par les luttes, pour l’autogestion

Mots-clés : CFDT, Congrès, Socialisme autogestionnaire

6 Juin 1973 • Alain Rannou, Edmond Maire et Hubert Lesire-Ogrel

Le 36ème Congrès de la C.F.D.T. a apporté sa contribution au courant pour l’autogestion socialiste qui s’ébauche. S’il les débats laissent malgré tout un goût d’inachevé, il n’en demeure pas moins qu’à partir du projet de société défini lors du précédent congrès, il a défini les modes d’action, les revendications et la stratégie de la centrale. Les débats ont été un échange d’expériences et d’analyses pour permettre de définir une politique revendicative en fonction d’objectifs intermédiaires entre un projet de société et la réalité. Lors de la résolution générale, la question de la transition et des comités de grève ont été âprement discutés. Ce n’est que si l’ensemble de ceux qui croient que le socialisme sera autogestionnaire qu’il sera possible de créer une force politique capable d’organiser ce courant et de préciser son contenu. C’est dans la compréhension de ces questions par les délégués, leur prise en charge par l’ensemble de l’organisation, leur traduction sur le plan des luttes sociales, leur avancée dans la prise de conscience de l’ensemble des travailleurs que se situent les véritables enjeux.

Au pied du mur (2ème tour des élections législatives)

Mots-clés : Elections législatives, Socialisme autogestionnaire

15 Mars 1973 • Michel Rocard

Le 2ème tour des élections législatives est un échec pour la gauche. La gauche est au pied du mur : elle pèse 45% et la droite 55%. Si la gauche a progressé par rapport au scrutin catastrophique de Juin 1968, elle retrouve ses voix de 1967 (plus 0,4%) mais ne garde pas tous ses sièges à l’Assemblée Nationale. L’Assemblée risque d’être plus à droite que la précédente car il n’existe plus de centre, en outre,  le parti radical de Jean-Jacques Servan-Schreiber a été laminé. Le Programme Commun n’a guère mobilisé plus de voix qu’en 1967. Pourtant le pays est animé d’une incontestable volonté de changement. En conséquence, il est nécessaire d’affirmer un projet de société différent. Le socialisme autogestionnaire peut être un axe de travail. Au PSU de savoir l’ajuster aux luttes quotidiennes, d’imaginer les moyens de l’appuyer sur une tactique efficace. Il faut convaincre la gauche toute entière de l’importance de ce projet d’avenir qu’est le socialisme autogestionnaire. Ces élections montrent que c’est la seule voie pour la gauche.

Autogestion, une confrontation positive

Mots-clés : Socialisme autogestionnaire

24 Janvier 1973 • Emmanuel Caroube

Deux cents participants se sont retrouvés lors de la Rencontre nationale des 20 au 21 Janvier 1973 sur le thème « Autogestion et révolution socialiste » organisée par 4 revues. Ce fut une confrontation positive. Militants politiques ou syndicaux, hommes et femmes engagés dans des combats qui leur paraissent se situer dans la ligne d’un socialisme autogestionnaire, ont travaillé pour que cette rencontre dépasse le strict cadre d’un débat théorique et constitue le point de départ d’une force politique nouvelle. Le colloque s’est efforcé de contribuer à l’élaboration d’un projet pour la construction d’une force révolutionnaire et autogestionnaire. Les débats ont porté sur l’analyse des luttes actuelles dans leur forme et leur contenu. Ils ont porté sur l’entreprise, le pouvoir d’achat et la transformation des rapports sociaux. Trois données fondamentales qui font de l’autogestion l’axe de la transformation sociale. Cette confrontation est une espérance pour les jeunes et les travailleurs. Pour qu’elle ne soit pas déçue, il faut donner tout son sens au mouvement social. Le socialisme autogestionnaire est la voie concrète de la révolution socialiste pour l’émancipation effective des travailleurs pour la construction d’un autre avenir, où la liberté ne sera pas un vain mot.

1 13 14 15 16