Grande-Bretagne : contrôle ouvrier ou capitulation ?

Mots-clés : Politique Économique, Pouvoir populaire, stratégie politique

9-16 Septembre 1976 • Claude Vancour

En Grande-Bretagne on approche des 1 500 000 chômeurs et ce sous un gouvernement travailliste, émanation de l’énorme syndicat unique, le TUC. Le 23 juillet 1976, le chancelier Denis Healey, leader de la droite travailliste et homme lige des USA, annonçait une réduction des dépenses publiques de plus d’un milliard de livres, imposant la « profitabilité » de l’industrie privée. Quelques jours plus tard, la direction des syndicats conclut un accord antigrève de trois ans avec le gouvernement approuvé de justesse par la direction du Parti. La gauche syndicale et politique combat ouvertement cette politique de collaboration de classe. Elle le dit à la Xème conférence national pour le Contrôle ouvrier, le 3 juillet à Keele. Le PSU y était. Le contrôle ouvrier est l’enjeu et l’outil de cette longue lutte à venir.

Etats-Généraux pour l’autogestion

Mots-clés : Pouvoir populaire, Socialisme autogestionnaire, stratégie politique

16 juillet - 12 septembre 1976 • Michel Mousel, Marc Echeverry

Couverture TS N°709, 1er Juillet 1976Les Etats-généraux pour l’autogestion se sont déroulés à Malakoff (Paris) les 3 et 4 juillet 1976. Plus de 500 délégués ont participé aux 16 carrefours et 200 responsables politiques, syndicaux et militants ont participé aux forums : ce sont 700 militants qui ont participé à ces deux jours de rencontre. 60% de participants sont venus de province, un peu moins de la moitié sont membres du PSU, 40% sont militants de la CFDT, 10% du MAS, d’autres viennent de la CGT ou du SNI. La moyenne d’âge était de 28 ans et un tiers sont des femmes. La question de la construction d’un socialisme autogestionnaire à construire était en filigrane des rencontres. Un socialisme dans lequel l’homme cesse d’être exploité, aliéné et sans responsabilité. Le contrôle direct des travailleurs et des couches populaires est essentiel dans cette organisation nouvelle de la société. L’autre question était celle de la nature de l’autogestion et du programme qu’elle peut proposer. C’est dans ce sens que M.Mousel, en conclusion, affirme que l’autogestion est le projet socialiste qui seul soit en mesure de garantir l’établissement d’un Etat socialiste, il est fondamentalement unitaire et se nourrit des contradictions inhérentes à la diversité des acteurs.

Brest, tribune de l’autogestion

Mots-clés : Pouvoir populaire, Socialisme autogestionnaire

1-7 Juillet 1976 • Paul Tréguer

A Brest les rencontres pour l’autogestion ont réuni de nombreuses et diverses organisations dans le cadre de la préparation des états-généraux de l’autogestion des 3 et 4 juillet 1976. Depuis quelques années on voit sur Brest se dégager un courant politique autogestionnaire en dehors des organisations du Programme Commun qui prend des positions fermes sur la lutte contre la répression des militants bretons, les assassinats franquistes, la solidarité aux marins emprisonnés, la lutte anti nucléaire… Une série de carrefours a eu lieu au mois de juin à Brest sur l’avancée des luttes et la définition des objectifs de contrôle populaire. Le refus des exclusives et l’ouverture très large des débats pratiqués par la section de Brest a porté ses fruits. Il est décidé de coordonner des rencontres par thèmes pour faire avancer les débats et des délégués de Brest seront présents aux Etats-généraux de l’autogestion socialiste.

Contrôler la production

Mots-clés : front autogestionnaire, Politique Économique, Politique industrielle, Pouvoir populaire

28 Février-6 Mars 1976 • François Dalbert, Yves Barou

Le contrôle de la production par les travailleurs, c’est-à-dire admettre que les travailleurs puissent contrôler ce qu’ils font, comment ils le font et pourquoi, permettrait de bloquer les choix de démantèlement de l’industrie française, les suppressions d’emplois et d’orienter le travail non plus seulement pour le profit de quelques uns mais plutôt au service d’une autre société. François Dalbert et Yves Barou étudient trois exemples : Le Concorde en France, l’entreprise Lucas en Grande Bretagne et une entreprise de construction en Australie. Le lancement de l’exploitation commerciale du Concorde, le 21 Janvier 1976 fait apparaitre les contradictions entre ménagement des susceptibilités impérialistes, en particulier des Etats-Unis et les considérations sur l’indépendance nationale. Pour répondre à la crise et aux menaces de fermeture, les techniciens et ingénieurs de la branche aéronautique de la firme anglaise Lucas se sont mis collectivement à élaborer de nouvelles production socialement utiles et correspondant aux possibilités de l’entreprise. En Australie, le syndicat des travailleurs de la construction met en oeuvre depuis quelques années une stratégie de contrôle populaire sur le cadre de vie. En conclusion, il semble que le syndicalisme dans les sociétés industrialisées doit élargir son activité. Tout ce qui affecte les travailleurs ou leurs enfants devrait concerner un syndicalisme responsable.

1 3 4 5 6 7 8