1 3 4 5 6 7 9

Strasbourg : municipales et nucléaire

Mots-clés : Écologie, Élections municipales, Politique énergétique

10-16 Mars 1977 • Thierry de Larochelambert, Raymond Murer

A Strasbourg, aux élections municipales le débat autour de la future centrale nucléaire de Gerstheim-Erstein met en relief la crainte et l’hostilité de la population alsacienne dans la concrétisation de ce projet nucléaire à 20 Km de Strasbourg. Thierry de Larochelambert et Raymond Murer, candidats PSU aux élections municipales adressent une lettre ouverte à M. Pflimlim, maire de cette ville. Ils dénoncent le manque de position claire de la part du Maire, par ailleurs également, Président du Port Autonome et de la CFNR (Compagnie Française de Navigation Rhénane ). Le PSU dénonce la politique de la droite en Alsace qui entraînera un développement industriel dangereux et incontrôlé. Il rappelle ses positions quant au nucléaire et le choix d’une autre société qu’il appelle de ses voeux.

Les écologistes aux municipales

Mots-clés : Élections municipales, Nucléaire, Politique énergétique

23 Février-2 Mars 1977 • Claude-Marie Vadrot ; Michel Martin

Les écologistes présentent des listes aux municipales. Ils réclament des fleurs à la place du béton et des transports publics à la place des voitures. ils se positionnent de plus en plus comme une force contre la droite et le PS ou le PC qui ne sont pas en mesure de répondre aux aspirations écologiques. Cette radicalisation du mouvement écologique apparait comme irréversible. Changer quelques uns des termes de la démarche technocratique ne suffit pas pour changer tous les rapports de l’homme avec son milieu. Le PSU, quant à lui, s’inquiète de l’attitude des écologistes qui rejettent toute union et ne veulent donner aucune consigne de vote au second tour. Au-delà des revendications avancées par les groupes qui se réclament de l’écologie politique, on observe un retour offensif des associations apolitiques. Au cours des débats de la campagne électorale, il est important que chaque candidat réponde clairement sur les choix énergétiques, la croissance capitaliste et la société que cela impose. Après l’épreuve électorale, il apparait clairement que l’écologie demeurera à l’ordre du jour.

Textes votés au 10ème Congrès

Mots-clés : Congrès - PSU, Nucléaire, Politique énergétique, Politique industrielle, Socialisme autogestionnaire

Février 1977

Les textes votés au 10ème congrès du PSU (Strasbourg 28-30 janvier 1977) s’inscrivent dans la perspective d’un changement de société et par là même de la transition au socialisme. C’est dans une perspective d’appropriation des moyens de production qu’est abordée la question des nationalisations. Changer la politique et donc les institutions est le deuxième thème abordé lors des votes. Il appartient au PSU de construire avec les masses populaires les organes de contrôle et de double pouvoir. L’armée et la police font partie des réflexions de ce congrès. En ce qui concerne la politique des revenus et des prix et la satisfaction des revendications salariales le PSU propose d’autres solutions que le seul profit du capitalisme. Politique industrielle et agricole actuelles sont remises en cause. Sur les questions internationales, le congrès propose de quitter l’alliance atlantique et expose son analyse sur l’Europe qui ne peut pas être supra-nationale mais construite avec et pour tous. Les textes votés se prononcent sur la politique énergétique, excluant le nucléaire. Une résolution sur le regroupement autogestionnaire est proposée pour parvenir à une expression politique unifiée.

10ème Congrès, les résolutions

Mots-clés : Congrès - PSU, Politique énergétique, Socialisme autogestionnaire, stratégie politique

3-9 Février 1977

Les résolutions du 10ème Congrès réuni à Strasbourg les 28, 29 et 30 Janvier 1977 donnent des éléments pour un programme d’unité populaire vers l’autogestion. L’unité populaire est nécessaire pour que chaque lutte dépasse son caractère revendicatif et assure la jonction avec d’autres luttes anticapitalistes, ainsi elles ouvriront un nouveau terrain à l’action syndicale. L’autogestion socialiste présente au travers des luttes une rupture avec le capitalisme, les modes de décision, les hiérarchies et les rapports sociaux. Le socialisme doit être conçu comme l’appropriation collective des moyens de production et du pouvoir. Pour cela il faut mettre en place une coordination des luttes et une nouvelle organisation politique. Le PS tout comme le programme commun n’offrent pas les réponses attendues par les travailleurs. C’est pourquoi le PSU se donne pour tâche essentielle d’oeuvrer au regroupement des militants, sur la base d’un accord sur la nature de l’organisation et ses rapports avec les mouvements de masse. La démarche doit être diversifiée, le PSU veut étendre, développer et généraliser les expériences de coordination et de rassemblement en cours et ouvrir le débat sans exclusive.

1 3 4 5 6 7 9