1 3 4 5 6 7 27

« Trema » n°1 à 13

Mots-clés : Agriculture, Algérie, Armée, autogestion, Corse, Élections, Europe, International, presse, Travail, Ville

1996-2010

Cote : TREMA

Tous les numéros sont en double Manque le n° 2 1. Le service national en question. octobre 1996 2. La réduction du temps de travail. (manque). 3. Algérie/France : des rapports passionnels Les années 60 et l’indépendance Les années 90 et la terreur. Avril 1998 4. Employeurs clandestins « travail au noir ». Mai 1999 5. Europe : citoyenneté et démocratie aux niveaux régional, national, européen. Mars 2000 6. Chômeurs : recherche du travail ou fin du travail (Aubagne – Paris). Octobre 2000 7. L’autogestion est-elle l’avenir ? Mars 2001 8. A qui appartient la ville ? A qui appartient Paris ? Avril 2001 9. France, Europe, Méditerranée… Quel avenir pour la Corse ? Octobre 2002 10. Faut-il un président ? Janvier 2003 11. Croquant ou exploitant ? Paysan ! L’émergence du courant paysan-travailleur et le rôle du PSU. Juillet 2003 12. Journaux, radio, télé, Internet… Les médias en question ? Mars 2006 13. Construire un autre monde : la politique internationale du PSU (1960-1969). Vladimir Claude Fisera. Mars 2010

1 à 13
29,7 x 21 cm

Longo Maï. Vingt ans d’utopie communautaire

Mots-clés : autogestion, Communauté, Utopie

1993 • WILLETTE Luc. Préface : René Dumont. Postface : Pierre Magnan

Cote : WILL

Mai 68 a vu éclore maintes tentatives de vie communautaire qui, non sans rappeler les phalanstères du XIX siècle, se sont constituées à partir d’un refus de la société. La plupart ont échoué, sauf Longo Mai : malgré les attaques, les calomnies, les tracasseries policières, cette communauté de vingt-quatre jeunes venus d’Autriche, de Suisse ou d’ailleurs pour s’installer en Haute-Provence, au pays de Giono, tient le pari de son nom, qui signifie en provençal « pourvu que ça dure ! » Elle compte maintenant deux cents membres. Pourquoi ? Peut-être parce que Longo Mai a dépassé le refus, parce qu’elle construit, essaime et développe de nombreux réseaux de solidarité internationaux. Parce que l’utopie s’accompagne toujours chez elle d’un souci du concret : la terre est devenue fertile, les troupeaux prospèrent, l’école du village rouvre, la musique et les éclats de voix y résonnent des nuits entières et une vraie radio libre, Radio Zinzine, y diffuse une parole des plus impertinentes. Luc Willette fait revivre les moments de lutte et de fête, les échecs et les victoires quotidiennes qui ont ponctué ces vingt ans de vie communautaire.

WILLETTE Luc. Préface : René Dumont. Postface : Pierre Magnan
1993
21,5 x 13,5 cm, 220 p.
Syros

Capitalisme Socialisme Écologie. Désorientations Orientations

Mots-clés : autogestion, classes sociales, Entreprise, Etat, Marx, Révolution, Travail

1991 • André GORZ

Cote : GORZ

« Qu’est-ce maintenant qu’une perspective de gauche ? Que signifie être socialiste ? Comment faut-il concevoir la place future du travail-emploi dans la vie des individus et de la société ? Une société peut-elle se perpétuer sans orientation, ni but, ni espoir ? » 1. Désorientations, Orientations 2. Marché, marchandise, rapports marchands 3.1. Société de services, société duale 3.2. Pistes pour une politique de l’emploi 4. Capitalisme, Socialisme, Écologie 5. Pour redéfinir le socialisme 6. La crise de l’idée de travail et la gauche post-industrielle 7. Anciens et nouveaux acteurs du conflit central 8. À gauche, c’est par où ? 9. La réduction de la durée du travail comme contrat social Postface. Y aura-t-il une gauche européenne ? Par Otto Kallscheuer

André GORZ
1991
21,5 x 13,5 cm, 248 p.
Galilée

Textes pour la préparation des Congrès PSU et Nouvelle Gauche

Mots-clés : autogestion, Écologie, Nouvelle Gauche

25 Septembre 1989 • Bureau Politique PSU, Guy Labertit

Dans le contexte de préparation des congrès de la Nouvelle Gauche et du PSU et de leur unification, deux avant-projets d’orientation émanant de la Direction Politique du PSU réunie les 9 et 10 septembre 1989 sont proposés ici. La non transformation des sociétés capitalistes à l’Ouest, la faillite des systèmes de l’Est comme la crise écologique qui amène à s’interroger sur l’avenir de l’humanité, imposent que les militants du PSU procèdent à une redéfinition d’un projet de transformation et du mode d’action pour le crédibiliser. La constitution en France, à la fin de l’année, d’un mouvement rouge/vert que le PSU inscrit en continuité d’un combat de 30 ans est une contribution à cette démarche. Si les militants du PSU s’engagent dans cette perspective plutôt que de rejoindre le Parti vert, c’est qu’ils ne considèrent pas que l’écologie soit le fondement unique d’un projet de transformation. Sur ces bases, les militantes et militants du PSU prépareront le congrès constitutif du nouveau mouvement rouge/vert, mouvement ouvert, au-delà des adhérentes et adhérents actuels de la Nouvelle Gauche et du PSU, à toutes celles et tous ceux qui veulent s’engager dans la construction d’une alternative écologiste et autogestionnaire. Un schéma d’orientation pour le prochain Congrès est présenté par Guy Labertit.

1 3 4 5 6 7 27