Conseil national, résolution d’orientation générale

Mots-clés : Congrès - PSU

14 Juin 1972

« Les conditions de l’avancée du Parti »

Au conseil national de Juin 1972, cette résolution générale a été adoptée par 297 mandats contre 175, 34 abstentions et 12 refus de vote. Le décalage entre les problèmes quotidiens vécus par les travailleurs et les jeux du système politique est de plus en plus grand. Le besoin d’une perspective révolutionnaire crédible n’a jamais été aussi nette. Mais le mouvement révolutionnaire est divisé, tiraillé entre l’activisme spontané et le dogmatisme sectaire, il n’offre pas de perspective globale. On note les mêmes divergences au sein du PSU.

Dans ce contexte la résolution souligne l’urgence à constituer une véritable unité des travailleurs avec une coordination forte des luttes. Face à la décomposition actuelle du régime, une alternative politique ne peut se fonder sur la seule force des luttes sociales. Aussi le PSU prend l’initiative d’une rencontre nationale ouvrière pour débattre des conditions d’une véritable unité des travailleurs. Le Conseil souhaite préciser et poursuivre l’élaboration d’un programme révolutionnaire pour améliorer le rapport des forces des travailleurs contre la bourgeoisie.

Les minorités nationales dans la lutte anti-capitaliste

Mots-clés : Aménagement du territoire, Mouvements sociaux

11-12 Juin 1972 • Conseil National Juvisy

Les minorités nationales se retrouvent dans la plupart des pays capitalistes de l’Europe Occidentale. En France, ce sont les Basques, Bretons, Occitans, Catalans, Corses. Les États bourgeois les oppriment au niveau de la langue et de la culture et au niveau économique. Dans les plans d’aménagement du territoire, la plupart de ces régions sont vouées aux rôles de réserve de main-d’oeuvre et de matières premières, de désert touristique et de terrain de manoeuvre militaire. Face à cette situation, des mouvements s’organisent. Oui à l’internationalisme qui les unit non à la stratégie du Front National, c’est-à-dire à une alliance des ouvriers et des paysans avec les bourgeoisies nationales et sous leur direction politique. La stratégie du PSU vise à unifier les luttes des minorités entre elles et leur connait le droit à l’autodétermination de leur lutte comme il reconnait l’autonomie du mouvement de masse des femmes ou des immigrés. Le conseil National de Juvisy en Juin 1972 adopte à l’unanimité moins 8 abstentions et 3 refus de vote, un texte affirmant qu’il n’y a pas de contradiction entre la lutte de la classe ouvrière et celle des minorités nationales.

Conseil national PSU, Contribution Fédération du Rhône

Mots-clés : Congrès - PSU, stratégie politique

31 Mai 1972 • Berten, Buisson, Colin ...de la Fédération du Rhône

« Sur la crise du Parti »

La Fédération du Rhône expose les raisons de la crise du Parti et propose une motion pour en sortir. Pour eux, c’est l’absence de débat politique en référence à la pratique et le transfert des problèmes politiques sur les questions disciplinaires qui engendrent une incompréhension et le départ des militants. Les luttes menées récemment (Penaroya, Berliet-Bouthéon, Girosteel, le Joint français) ont été menées essentiellement par les O.S., les employés prolétariens, les travailleurs immigrés. Ce sont ces couches sociales qui constituent la base du mouvement révolutionnaire. Les formes de luttes et les objectifs avancés remettent en cause l’organisation capitaliste. Pour les militants révolutionnaires il est important d’associer ces travailleurs aux autres couches sociales exploitées car la question du pouvoir d’Etat, de sa nature et de sa conquête est posée. Les militants de la Fédération du Rhône estiment que le Parti est la seule force militante capable d’être un instrument de lutte révolutionnaire, de traduire la révolte et la lutte des classes en termes politiques à condition qu’un débat de fond s’engage pour dégager un projet politique qui réponde au questionnement des travailleurs exploités.

Conseil national PSU, Contribution du Bureau fédéral des Côtes-du-Nord

Mots-clés : Congrès - PSU

31 Mai 1972 • Bureau Fédéral des Côtes-du-Nord

« Sur la situation interne du Parti »

Le Bureau Fédéral des Côtes du Nord dénonce les conflits de tendances au sein du PSU qui engendrent le départ des militants actifs. Il lui semble important que le Conseil national clarifie la situation des militants qui contestent les décisions nationales et qui minent le Parti. Ce Bureau Fédéral dénonce le caractère inopérant de « l’Union de la Gauche », le rôle de frein de la C.G.T. et du Parti Communiste dans les luttes. En revanche ils rappellent les possibilités d’un travail militant aux côtés de la C.F.D.T ou de la Ligue si on ne renonce pas pour autant à des conclusions et à des actions proprement politiques. Pour ce Bureau les victoires des luttes récentes démontrent que le PSU est indispensable sur l’échiquier politique pour promouvoir des objectifs révolutionnaires de socialisme décentralisé et autogestionnaire. Ce Bureau Fédéral soutient le Bureau National, approuve le compte rendu d’activité et fait confiance dans la réalisation d’un redressement rapide et indispensable du Parti.

1 3 4 5 6 7 8