Ils saluent la naissance du P.S.U.

Mots-clés : Congrès - PSU, Indépendance, Socialisme

9 Avril 1960 • Punicha Perovicht, Medhi Ben Barka, Moshe Zertal

Les délégations étrangères invitées au Congrès d’Unification saluent la naissance du P.S.U. Pour Punicha Perovicht de l’Alliance Socialiste du Peuple travailleur de Yougoslavie, le P.S.U. contribuera au renforcement des forces progressistes, socialistes et démocratiques de France. Il ajoute que l’activité de ce nouveau parti aura une répercussion favorable aussi bien sur le développement intérieur du pays que sur la solution des problèmes non résolus du développement international. Medhi Ben Barka, de l’Union Nationale des Forces Populaires du Maroc déclare que ce nouveau parti provoque de grands espoirs au Maroc car celui-ci doit pouvoir compter sur toutes les forces de progrès. Moshe Zertal du M.P.P.A.M. (Parti ouvrier unifié d’Israël) salue avec joie la décision d’unir toutes les forces de la gauche socialiste en France afin que soient jetés les ponts de l’amitié, du progrès et de la paix au Moyen-Orient.

Pour une république socialiste

Mots-clés : Congrès - PSU, Socialisme

9 Avril 1960

Le Congrès d’unification pose les bases d’une république socialiste et appelle de ses voeux la construction de la VIème République. Au lendemain des décisions positives intervenues aux Congrès respectifs de l’U.G.S., du P.S.A. et à la Conférence du Groupe de Tribune du Communisme, les trois organisations avaient convovoqué leur délégués à la salle des Fêtes d’Issy-les-Moulineaux pour la  session commune  où s’est réalisée la  fusion. Laurent Schwartz souligne les enjeux de cette unification. Il déclare nécessaire de faire basculer le régime réactionnaire actuel pour le remplacer par un socialisme français original. Il ajoute que la force de la gauche française est essentiel pour l’avenir et qu’elle se doit de réunir les conditions de la gestion ouvrière et démocratique de la société. Les partis socialistes étrangers ont manifesté leur solidarité à la construction du nouveau Parti Socialiste. Un Appel aux travailleurs est lancé par le P.S.U. résumant les objectifs du Parti.

Au Congrès de l’U.G.S. : lucidité et détermination

Mots-clés : Congrès, Socialisme, stratégie politique

9 Avril 1960

Après beaucoup d’hésitations, l’unification avec le P.S.A a été décidée au Congrès de l’U.G.S. à la Grange-aux-Belles par les délégués de 78 fédérations. Le vote final donne 8008 mandats pour la résolution majoritaire d’unification. L’U.G.S. a hésité et s’est décidée lucidement pour l’unification. Ses militants continuent, pour le socialisme, un combat sans concession. La lutte démocratique s’identifie avec la lutte pour le renversement du régime capitaliste. L’action pour sauvegarder le niveau de vie des classes laborieuses et pour imposer la paix en Algérie, la résistance à des tentatives de coup d’État franquistes, la lutte contre la politique anti-ouvrière, anti-démocratique du régime, tous ces combats ne peuvent être menés à bien que par l’unité d’action des travailleurs et des organisations qui les représentent. Les militants U.G.S. s’efforceront d’entraîner la majorité du PSU dans l’action quotidienne en s’appuyant sur les mouvements sociaux en évolution.

La conférence de Tribune du Communisme

Mots-clés : Congrès, Socialisme, stratégie politique

9 Avril 1960 • A.Delecroix

La conférence de Tribune du Communisme a réuni 80 militants dont la grande majorité représentait la région parisienne.  Le rapport politique du Bureau a été approuvé et l’analyse des causes de la crise de la démocratie a été approfondie par plusieurs interventions. L’échec des deux partis socialistes actuels montre la nécessité d’une nouvelle formation pour préparer, sur un programme adapté à l’évolution sociale, politique et économique de la France, le rassemblement de toutes les forces socialistes du pays. Celui-ci doit prendre appui sur les transformations qui s’opèrent dans la société industrielle et aussi dans les campagnes pour rallier au socialisme, c’est-à-dire à la socialisation des moyens de production, toutes les couches sociales progressives du pays, contre la propriété capitaliste, qui est non seulement le grand capital, mais aussi ses bases de classe dans la moyenne bourgeoisie rurale et urbaine. Jean Poperen, le lendemain au Congrès d’Unification, a rapporté ces discussions.

1 3 4 5 6 7