15ème rencontre des GAM (1)

Mots-clés : Aménagement du territoire, Emploi, front autogestionnaire, Politique Économique

1-« Le rôle économique des communes »

Les Groupes d’Action Municipale ont tenu leur 15ème rencontre Nationale aux Ulis. Ils ont voulu débattre du rôle économique des communes dans un contexte de restructuration industrielle et de chômage élargi. Les conseils municipaux prennent de nombreuses initiatives pour faciliter l’implantation d’emplois dans la commune. Pour cela ils abaissent le coût du terrain pour les entreprises intéressées. D’autres communes créent des emplois et se substituent aux défaillances de l’entreprise privée pour satisfaire les besoins des usagers (poissonnerie municipale à Laval, boucherie à Rezé…). Des expériences existent aussi dans la production : Avrieux (Hautes-Alpes) a une municipalité qui soutient la coopérative de jouets pour permettre aux jeunes de vivre au pays. Enfin des communes étudient de près la nature des emplois proposés. Ainsi le choix d’une politique énergétique autonome se fait jour dans certaines communes. A cet égard, les cahiers des marchés de travaux publics à Meylan (Isère) prévoient des clauses sur les conditions de travail et d’habitat des travailleurs et la mairie (G.A.M) refuse les industries polluantes.

Rapport Nora, la société qu’ils nous préparent

Mots-clés : Emploi, Informatique, Politique Économique, Socialisme

15-21 Juin 1978 • François Dalbert

Le rapport de Simon Nora et d’Alain Minc, préfigure la société de demain. C’est un rapport sur l’informatisation de la société, publié en décembre 1977. Il n’a été présenté au public qu’après les législatives de 1978 tant il risquait d’effrayer par les changements sociaux que les nouvelles technologies à venir (télématique, informatique, satellite…) allaient entrainer. L’informatisation de la société c’est la mise en réseau des informations nationales et mondiales à tous les niveaux. L’emploi du secteur des services, tels la poste, la sécurité sociale, les banques, les secrétariats etc… est menacé par un gain de productivité de 30% qui permettra de diminuer d’autant les emplois dans ces secteurs. Les entreprises devront prendre en compte l’informatique et les connexions entre entreprises ou secteur de distribution si elles veulent rester compétitives au niveau national et mondial. L’article insiste ici sur les risques de perte de l’autonomie individuelle dans la vie privée par la multiplication des fichiers et les connexions entre eux. Le rapport met en évidence la nouvelle organisation du travail engendrée par la télématique. L’auteur affirme la nécessité de la lutte contre la division sociale du travail et la construction de l’unité populaire.

Voir le Journal télévisé du 19 Mai 1978 (INA) présentant ce rapport

 

Que cent fleurs s’épanouissent

Mots-clés : Elections législatives, stratégie politique

20-27 Avril 1978 • Victor Fay

« Que cent fleurs s’épanouissent » était le slogan lancé par Mao dans le cadre de la libre critique qui s’inscrivait dans le contexte idéologique et politique de la déstalinisation. Ce slogan est repris ici par Victor Fay qui analyse la défaite de la gauche aux élections législatives de 1978. Pour l’auteur il est faut se demander si l’échec ne vient pas des programmes électoraux et structures des partis de gauche qui veulent maintenir leur identité sans tenir compte des aspirations profondes des travailleurs. Il semble bien que le débat engagé aujourd’hui à gauche dépasse les frontières des partis. Si on veut restaurer, sur des assises plus solides, l’unité de classe il importe de confronter les opinions des militants, adhérents et sympathisants des différentes organisations ouvrières, en tenant compte de leur diversité. Il faut un grand débat trans-organisationnel permettant à tous ceux qui vivent au rythme quotidien du monde du travail de dire ce qu’ils attendent, qu’ils puissent mettre en question leur mode d’existence, son fonctionnement, et affirmer leur choix pour une autre société. Le renouvellement des partis est à ce prix, comme son avancée ultérieure vers le socialisme.

Ecologie, le minimum vital

Mots-clés : Aménagement du territoire, Élections, front autogestionnaire

23 Février -1er Mars 1978 • Front autogestionnaire

Couverture TS N°775, 23 Février au 1er Mars 1978Pour que l’écologie soit prise en compte concrètement, les militants du Front autogestionnaire proposent un train de mesures qui représente le minimum vital. Car l’écologie porte en elle l’espoir d’une transformation radicale : économique, sociale et culturelle de notre société. Bien plus que la simple défense de l’environnement, la revendication écologique vise à l’avènement de nouveaux rapports de l’homme à la nature, à son cadre de vie, à la collectivité. Pour échapper à la récupération réformiste, la revendication écologique doit s’allier à l’action des militants autogestionnaires.  Les écologistes du Front autogestionnaire situent clairement leurs exigences à gauche et sont conscients que seule une politique de gauche peut y répondre. Le Front autogestionnaire propose 70 mesures concrètes, qui dans le cas d’une victoire de la gauche, devront être négociées avec le gouvernement. Ces mesures concernent les pollutions et nuisances, la protection de la faune et de la nature, l’aménagement du territoire, la consommation et l’information, les problèmes d’énergie et du gaspillage, la circulation et les transports.

1 2 3 4 5 6 7