Le Marché commun contre l’Europe

Mots-clés : Politique Économique, Socialisme

14 Février 1973 • Bernard Jaumont, Daniel Lenègre, Michel Rocard

Le marché commun contre l’Europe c’est l’organisation économique des neuf pays d’Europe pour faciliter la circulation des capitaux, l’activité des entreprises, l’organisation du profit maximum à l’échelle européenne. Tel est le résultat du référendum du 23 avril 1972. La construction de l’Europe issue du traité signé à Rome en 1957, communément appelé « Marché commun » n’est en fait rien de plus qu’une union douanière. Pour qu’une véritable communauté européenne sorte de ce projet, il aurait fallu qu’un même objectif ou du moins un même intérêt unisse ses promoteurs. Or le seul résultat de cette construction est aujourd’hui la recherche du profit dans un système capitaliste globalisé en faveur des multinationales. La rançon de ce système c’est pour les travailleurs l’augmentation de la productivité, l’accélération des cadences, l’accroissement de la mobilité, la concentration  de la production, l’entassement dans les banlieues-dortoirs, le sacrifice des équipements collectifs, l’éloignement du lieu de travail. Pourtant, la transition au socialisme paraît difficile si elle ne se réalise pas au niveau de toute l’Europe. Et il est donc urgent de développer la solidarité entre les travailleurs pour qu’il existe une chance de construire une Europe socialiste, c’est-à-dire le contraire d’un Marché commun.

Autogestion, une confrontation positive

Mots-clés : Socialisme autogestionnaire

24 Janvier 1973 • Emmanuel Caroube

Deux cents participants se sont retrouvés lors de la Rencontre nationale des 20 au 21 Janvier 1973 sur le thème « Autogestion et révolution socialiste » organisée par 4 revues. Ce fut une confrontation positive. Militants politiques ou syndicaux, hommes et femmes engagés dans des combats qui leur paraissent se situer dans la ligne d’un socialisme autogestionnaire, ont travaillé pour que cette rencontre dépasse le strict cadre d’un débat théorique et constitue le point de départ d’une force politique nouvelle. Le colloque s’est efforcé de contribuer à l’élaboration d’un projet pour la construction d’une force révolutionnaire et autogestionnaire. Les débats ont porté sur l’analyse des luttes actuelles dans leur forme et leur contenu. Ils ont porté sur l’entreprise, le pouvoir d’achat et la transformation des rapports sociaux. Trois données fondamentales qui font de l’autogestion l’axe de la transformation sociale. Cette confrontation est une espérance pour les jeunes et les travailleurs. Pour qu’elle ne soit pas déçue, il faut donner tout son sens au mouvement social. Le socialisme autogestionnaire est la voie concrète de la révolution socialiste pour l’émancipation effective des travailleurs pour la construction d’un autre avenir, où la liberté ne sera pas un vain mot.

Gardarem lo Larzac

Mots-clés : Aménagement du territoire, Écologie, Mouvements sociaux

17 janvier 1973 • Françoise Claire

« Gardarem lo Larzac » ou « nous gaderons le Larzac » en Occitan, revendication des paysans du Cantal qui s’opposent au projet d’extension des terrains militaires à des fins d’expérimentation et de présentation de matériel militaire. Un grand cortège de tracteurs est parti de Millau avec l’idée d’arriver à Paris mais ils ont été bloqués à Orléans. C’est 520 personnes que l’on va  chasser des terres agricoles contre de l’argent. Cette manifestation largement soutenue par la population tout au long du parcours a fait prendre conscience de la nécessité de l’unité d’action avec les ouvriers, les enseignants qui travaillent comme les paysans du Larzac dans des conditions difficiles et qui se battent pour défendre leur outil de travail. Naissance d’un comité de soutien organisé par le PSU.

1 2 3 4