Combattre ensemble

Mots-clés : Congrès - PSU, stratégie politique

15 Novembre 1972 • Robert Chapuis

Après le congrès de Lille quatre courants s’opposent. Alors que la situation politique extérieure au Parti évolue (difficulté de la majorité et rapprochement PCF-PS) et que les luttes ouvrières s’intensifient, le conseil de Juvisy invitent les militants qui le souhaitent à partir et donne des orientations précises pour la préparation du 8ème Congrès à Toulouse. La bataille de chefs prend fin et ceux qui s’étaient opposés au courant majoritaire au congrès de Lille puis au Bureau National décident de travailler désormais à l’unification du Parti, sans trahir leurs positions. Le texte élaboré a pris la forme d’un projet de manifeste qui permettra à tous les travailleurs de prolonger leurs luttes par un projet politique.

Si le P.S.U. a encore sa raison d’être…

Mots-clés : Congrès - PSU, Mouvements sociaux, Socialisme

15 Novembre 1972 • Andé Barjonet, Pascal Dorival, François Peronnet

Dans un article du Monde daté du 18 Octobre 1972 les membres de  l’ex-bureau, animé par la Gauche Ouvrière Paysanne (G.O.P.) de la Fédération de la région parisienne, déclarent : « le P.S.U. n’a plus sa raison d’être ». Ce communiqué a donc le mérite de poser les enjeux du Congrès de Toulouse. Pour éviter la lutte des tendances un secrétariat de préparation du Congrès est ouvert au courant majoritaire et aux courants d’opposition. La G.O.P. a refusé d’y participer. Maintenir l’unité du parti est une nécessité face à la crise profonde du régime, devant la combativité des travailleurs et l’incapacité des forces révolutionnaires à donner une issue politique aux luttes revendicatives.

Manifeste pour le contrôle ouvrier

Mots-clés : Congrès - PSU, Mouvements sociaux, participation

15 Novembre 1972 • Gérard Feran

Couverture de Tribune Socialiste pour le 8ème Congrès de Toulouse, 1972

Une chance à saisir

Dans le cadre de la préparation du 8ème Congrès à Toulouse, Tribune Socialiste donne la parole aux militants. Le projet de manifeste « Contrôler aujourd’hui pour décider demain » sera l’axe important des discussions au Congrès. C’est le projet d’élaboration de la transition au socialisme. Le P.S.U. ne veut pas se limiter à la seule définition d’une stratégie anti-capitaliste et pose la question du pouvoir dans une société socialiste. Le débat sur l’autogestion est l’élément de cohérence de l’ensemble du manifeste. Il refuse la conception de l’autogestion qui évacuerait la question de la prise du pouvoir et l’appropriation collective des moyens de production. L’objectif du socialisme autogestionnaire s’articule directement avec  le contrôle des travailleurs sur l’organisation de leur travail et de leur vie.

Les bases du projet révolutionnaire

Mots-clés : Congrès - PSU, Mouvements sociaux, stratégie politique

15 Novembre 1972 • Bureau Fédéral du Rhône

Après l’exclusion des militants de la Gauche Révolutionnaire et de la Fédération de Paris, les militants révolutionnaires s’interrogent sur leur place au P.S.U.et leur tâche au sein des luttes. Il pose la question de l’autogestion et de la construction d’un parti révolutionnaire qui pourrait se faire rencontrer et travailler ensemble les noyaux d’ouvriers les plus avancés politiquement avec les militants politisés de la gauche syndicale et de la gauche paysanne pour qu’ils fassent l’analyse politique de leurs luttes. Ils pensent que mener le débat politique dans le P.S.U. c’est manifester la volonté de voir ce projet révolutionnaire, dénommé « vers le communisme », repris et adopté par les militants ouvriers et paysans qui luttent contre l’État bourgeois.

1 2 3 4 5 8