Si ce message ne s'affiche pas correctement, cliquez ici

ITS Institut Tribune Socialiste logo ITS

Lettre d’Information N°6 • 5 Décembre 2018

La lettre de l'ITS
     
 

Soutenez financièrement l’ITS !

La soirée des amis et donateurs de l’ITS tenue ce 27 novembre a permis de montrer le chemin accompli au cours des cinq dernières années dans la construction de l’Institut et de son centre d’archives, le Centre Jacques Sauvageot.

A cette occasion a été projeté un petit film de présentation des activités de l’ITS réalisé pour cette soirée, et que vous pouvez découvrir sur le site de l’ITS; les donateurs ITS se sont vus remettre un sac « ITS » comprenant 5 livres ou brochures parus ces dernières années, dont ils peuvent faire usage pour eux-mêmes ou pour leurs proches (sac désormais en vente rue de Malte à prix soldé pour toute personne voulant découvrir l’ITS et ses productions).

Au cours des cinq dernières années, l’ITS s’est développé et a pu créer le Centre Jacques Sauvageot grâce à un budget annuel modique de l’ordre de 30 à 35 000 euros. Le maintien et le développement de nos activités nécessitent de passer au cours des cinq prochaines années à un budget minimum de l’ordre de 50 000 euros par an ; cela implique de pouvoir doubler sur la période les apports individuels dans le cadre de « l’appel à la générosité du public » (AGP) consenti à notre fonds de dotation ; ce budget permettrait de faire vivre le centre avec le concours d’un archiviste à temps partiel.

Mais au-delà, nous souhaitons engager la numérisation des publications et documents d’archives les plus importants du centre, ce qui faciliterait sa mise en réseau avec d’autres lieux de mémoire et d’histoire du PSU. Par exemple, la seule numérisation de l’ensemble de la collection de « Tribune socialiste » dans des conditions professionnellement exploitables nécessiterait l’affectation d’un budget spécifique de 25 à 30 000 euros ; une opération de ce type n’est évidemment possible qu’à l’aide de ressources supplémentaires exceptionnelles !

L’ITS, c’est un Institut vivant, qui se fonde sur le riche passé du PSU pour le mettre en résonance avec les idées et les débats d’aujourd’hui : son site Internet, son centre d’archives, ses publications ainsi que ses initiatives et les débats qu’il organise méritent le soutien financier de tous ceux et toutes celles qui gardent en l’esprit leurs années PSU ou qui les découvrent !

– Faire un don –

Nouvelles videos sur les sites ITS et Maltais rouge

L’EURO : UN CARCAN POUR LES PEUPLES ?

le 7 novembre 2018 au Maltais rouge

avec Pierre Khalfa et Denis Durand sous la coordination de Chrystel Le Moing

Cliquez sur la camera pour voir les interventions de Pierre Khalfa et de Denis Durand ainsi que le débat qui suivit

Le colloque de l'IED

« Le PSU avant le PSU »

1 ère partie

le MLP et les mendésistes

L’institut Edouard Depreux a organisé la première partie d’un colloque sur « Le PSU avant le PSU » en étudiant le MLP et les mendésistes ; ce colloque se poursuivra le 15 mars 2019

Cliquez sur la camera pour voir toutes les interventions de ce séminaire

Evènements à venir au Maltais rouge

« Quelles politiques de défense en Europe ? »

Mercredi 12 décembre : 18h30

Séminaire des six fondations

« Quand le Sud réinvente le monde »

Mardi 18 décembre : 19h

avec Bertrand Badie

Disparition

Pierre MARCHI

le 7 novembre

Pierre MARCHI  a été membre du Comité politique national (CPN) du PSU de 1963 à 1969.

Pierre Marchi s’engagea très jeune dans la résistance en Corse ; à 16 ans, en 1943, il rejoignit la division Leclerc et participa avec elle à la campagne de Normandie, la Libération de Paris, la campagne d’Alsace, et la campagne d’Allemagne.

Militant politique au PSU à Paris, il se situa d’abord dans la tendance socialiste-révolutionnaire (SR), puis dans le courant minoritaire de 1963 à 1967, le « courant unitaire », animé par Jean Poperen. Elu à ce titre au Comité politique national (CPN) au 3ème congrès du PSU (à la Grange aux Belles) en novembre 1963, il y fut réélu au 4ème congrès (Gennevilliers) en juin 1965. Il fut candidat du PSU aux élections législatives de mars 1967 dans la 28ème circonscription de Paris (19ème arrondissement).

 Lors du 5ème Congrès (juin 1967), il fit partie du « courant n°3 », dit « centriste », qui rallia en cours de congrès le nouveau courant majoritaire Rocard-Heurgon (opposé au rapprochement avec la FGDS), et il fut réélu au CPN. Il entra alors au Bureau national, où il fut nommé responsable à l’action dans les entreprises. Il abandonna assez vite cette responsabilité et partit en Bretagne ; il y adhéra au parti Socialiste dans les années 70 et devint conseiller municipal ; il fut ensuite maire adjoint de Nantes en 1977, conseiller général de Loire-Atlantique en 1979, conseiller régional des Pays de la Loire en 1986.

 
     
ITS Institut Tribune Socialiste

www.institut-tribune-socialiste.fr
contact@institut-tribune-socialiste.fr

logo ITS