Si ce message ne s'affiche pas correctement, cliquez ici

ITS Institut Tribune Socialiste logo ITS

Contact d’information N°4 • 8 octobre 2018

La lettre de l'ITS
     
 

Du nouveau à l'ITS

Depuis un mois maintenant, notre centre de documentation accueille une jeune archiviste qui lui permettra de se développer de manière professionnelle et en s’adaptant aux normes de fonctionnement archivistiques. Cette exigence était indispensable à la prise en compte ordonnée des dépôts d’archives ; en effet, à la soixantaine de dépôts existants, continuent à s’ajouter de nouveaux apports qui permettent d’enrichir constamment le Centre Jacques Sauvageot (CJS). Ce dernier est donc en cours de réorganisation (postes de travail, rayonnages, tables de travail) mais reste bien entendu « ouvert pendant les travaux » ; il accueille en milieu de semaine (les mercredi et jeudi) aussi bien les déposants que les étudiants et chercheurs. La prochaine étape consistera en le réaménagement des caves d’archives, assainies désormais depuis un an en termes d’hygrométrie.
Nous engageons tous les amis et soutiens de l’ITS, tous nos donateurs (en soutien financier comme en dépôt d’archives) à rendre visite au CJS (sur RV par contact téléphonique sur la messagerie du 09 67 07 64 97 ou de préférence par courriel à contact@institut-tribune-socialiste.fr )

Les conférences en vidéo

La Dette, arme de destruction sociale massive

par Jacques Rigaudiat

Jeudi 20 septembre au Maltais rouge

Cliquez sur la caméra pour voir la vidéo

Communistes en 1968, LE GRAND MALENTENDU

par ROGER MARTELLI

Le 25 septembre 2018 au Maltais rouge

Cliquez sur la camera pour voir la conférence de Roger Martelli et le débat qui suivit

Europe et immigration : quelles réponses ?

Danièle Lochak et Catherine Wihtol de Wenden sous la coordination de Louis Weber

Cycle de séminaires L'Europe, obstacle ou opportunité ? organisé par six Fondations :

Cliquez sur la camera pour voir les vidéos des interventions et du débat

"Nouvelle-Calédonie, 4 novembre, les enjeux du référendum" Les vidéos

par Jean-François MERLE

jeudi 4 octobre 2018 au Maltais rouge

Cliquez sur la camera pour voir la conférence de Jean-François MERLE et le débat qui suivit

Evènements à venir

 Le rocardisme devoir d’inventaire  

avec Jean-François MERLE et Alain BERGOUNIOUX

L'Institut Edouard Depreux Vous invite à une réunion-débat - Mercredi 10 octobre A 19 heures au Maltais rouge

« On a beaucoup écrit sur Michel Rocard et sur l’empreinte profonde qu’il a laissée sur la vie politique française, mais sait-on pour autant ce qu’est le rocardisme ? Qu’y a-t-il de commun entre le leader du PSU de mai 68 et le Premier ministre de mai 1988 ? Où est la vérité du rocardisme entre la promotion de l’autogestion et la défense du sérieux économique ? Entre le porteur d’utopie et celui qui se voulait « briseur de rêves » ? Entre le chef de parti, au PSU puis au PS, et le pourfendeur des faux-semblants de la politique ? Entre l’enfant chéri des médias et des sondages et le critique impitoyable de la démocratie d’opinion ? C’est à ces questions et à quelques autres que ce livre s’attache à répondre en faisant l’inventaire des différentes générations du courant rocardien, des fondamentaux d’une pensée en action, de la réalité de l’action de Michel Rocard au gouvernement et de ce qui reste de son héritage. »

Colloque « DU DENI DE PALESTINE A L’APARTHEID »

Le Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche-Orient (CVPR PO), organise, en partenariat avec ORIENT XXI, sous le patronage du sénateur, Pascal Savoldelli, son colloque annuel

Palais du Luxembourg (Sénat) le 13 octobre 2018 prochain, salle Clemenceau (260 places), de 9 h à 18 h.

9h00 à 9h30 : remerciements par Me Maurice Buttin, président du CVPR PO. Interventions de M. Pascal Savoldelli , sénateur du Val-de-Marne ; de M. Alain Gresh, directeur d’ORIENT XX1 ; de S.E Salman. El Herfi Ambassadeur de Palestine ; et du président qui présentera les objectifs du colloque.
9h30 à 12h30. Séance de la matinée : modérateur Me Maurice Buttin 
Situation en Palestine occupée et en Israël
9h30 à 9h45. Les aspects juridiques de l’apartheid.
M. Géraud de La Pradelle, professeur émérite à l’université Paris X-Nanterre.
9h45 à 10h15. Le régime d’apartheid israélien : le cas de Jérusalem.
Mme Nada Awad, Palestinenne de Jérusalem, défenseure des droits de l’homme, anciennement chargée – au Community Center, relié à l’Université Al-Quds – de la documentation sur les violations israéliennes à l’encontre des Jérusalémites.
10h15 à 10h45. Le cas en Palestine occupée.
Mme Vera Baboun, ancienne Maire de Bethléem.
10h45 à 11h20. Apartheid dans l’Etat d’Israël.
Mme Haneen Zoabi, députée palestinienne à la Knesset.
11h20 à 11h55. Régime de suprématie juive ou égalité.
M. Gadi Algazi, professeur de droit à l’Université de Tel Aviv.
11h55 à 12h30. Questions des participants / réponses des intervenants

14h30 à 18h00. Séance de l’après midi : modérateur M. Alain Gresh Le nouvel apartheid
14h30 à 15h00. Israël le nouvel apartheid. M. Michel Bôle Richard, journaliste, écrivain.
15h00 à 15h25. Violation du droit international et du droit international humain. 
Mme Martine Brizemur. Coordinatrice Israël/ Palestine. Amnesty International.
15h25 à 15h50. Israël coupable du crime d’apartheid, tel que défini par les Nations Unies : quelles mesures adopter ? M.Pierre Galand. Anciens sénateur belge. Coordinateur Général du Tribunal Russel pour la Palestine. Président de l’Association pour les Nations Unies.

16h00 à 16h30. Après les deux Etats. M. Abraham Burg. Homme politique. Ancien président de la Knesset.
16h30 à 17h00. Pratiques d’Israël vis-à-vis du peuple palestinien et la Question de l’apartheid. Mme Rima Khalaf. Ancienne Secrétaire exécutive de la « Commission économique et sociale des Nations Unies pour l’Asie occidentale »
17h00 à 17h30. Questions des participants / réponses des intervenants.
17h30 à 18h00. Conclusion du colloque. Mme Leïla Shahid. Ancienne ambassadrice de Palestine

L'AUTOGESTION DANS LES ANNEES 68

Journée co-organisée par Alternatives et autogestion {ASA), l'Association Autogestion {AA), l'Association des communistes unitaires {ACU), les Amis de Tribune socialiste {ATS), l'Observatoire des mouvements de la société {OMOS), le Réseau pour l'autogestion, les alternatives, l'altermondialisme, l'écologie et le féminisme {AAAEF), Solidarité écologie gauche alternative {SEGA), les éditions Syllepse et l'Union syndicale Solidaires.

Samedi 13 octobre 2018 9h - 18h30 - 31, rue de la Grange aux Belles 75010 Paris

Les expériences d’autogestion les plus avancées de Mai et juin 68 sont connues : la <<Commune de Nantes >>, les << soviets » du CEA de Saclay, la sortie sous contrôle syndical de la presse quotidienne, la Sorbonne, les Beaux-Arts. Elles sont rares et sont devenus des mythes. Il y a lieu de les faire connaÎtre à nouveau, et encore plus largement.

Mais 1968 ne se résume ni a la France, ni aux seuls mois de mai et de juin. Les << années 68 >> sont marquées par des luttes dans lesquelles des dynamiques autogestionnaires sont en oeuvre. En France, dans l’après-68 on le note tant dans les établissements scolaires et universitaires (Le 1973 lycéen, Vincennes) que dans les entreprises (Lip, Pil, lmro ••• ), sur le plateau du Larzac, dans les expérimentations communautaires. Dans le monde, bien après les  soviets de 1917 ou les collectivisations de 1936 en Espagne, l’expérience algérienne des années 1960 et le 68 Yougoslave réveillent l’autogestion, comme les conseils de travailleurs en Tchécoslovaquie, puis au Chili, au Portugal ou encore sur les chantiers de la Clyde en Grande-Bretagne. Et d’autres expériences restent encore dans l’ombre •••

Notre objectif est de faire connaÎtre certaines de ces expériences, d’en comprendre la portée, les obstacles auxquels elles se sont heurtées, comment elles ont véritablement fonctionné, dans les entreprises, les établissements scolaires, les quartiers et les campagnes, ainsi que les stratégies de leurs acteurs.

Cette initiative s’inscrit dans une réflexion plus vaste sur l’actualité de l’autogestion tant dans les luttes que les dans les discussions programmatiques, que nous entendons poursuivre. Il s’agit donc d’une étape.

Victor Fay le minoritaire: de la SFIO au PSU (1944/1960)

par Marion LABEY

Réunion-débat Mercredi 17 octobre à 19 h au Maltais rouge

Après la guerre, Victor Fay reprit son activité à la SFIO, à laquelle il avait adhéré en 1938 après avoir rompu avec le PCF ; délégué au congrès de 1946, il contribua à l’élection d’une direction de gauche, avec Guy Mollet, nommé secrétaire général. Il milita à Paris dans un club où se réunissait la gauche du parti hostile à la politique de Guy Mollet*, et où il rencontra Michel Rocard. La capitulation du gouvernement de Guy Mollet* devant les colons d’Algérie et l’envoi du contingent contre le FLN aboutirent à la formation d’une minorité plus nombreuse. Le ralliement de Guy Mollet à de Gaulle amena cette minorité à quitter la SFIO et à créer, en automne 1958, le Parti socialiste autonome (PSA) qui engagea des pourparlers en vue de la fusion avec l’UGS et des opposants communistes. La fusion eut lieu en 1960 sous le nom du Parti socialiste unifié (PSU). Victor Fay participa activement à la création du PSU et à la rédaction de la Charte du nouveau parti.

Disparition

Notre camarade et ami Raymond Guillaneuf n’est plus

Notre camarade et ami Raymond GUILLANEUF est décédé le 21 août dernier à l’âge de 85 ans ; instituteur, puis professeur d’histoire, il fut ensuite conseiller culturel en ambassade dans plusieurs pays africains de 1982 à 1992. Militant syndicaliste, il fut responsable syndical du SNES puis du SNESup (tendance Rénovation Syndicale) ; militant politique, il fut brièvement jeune adhérent du PCF (1950-52) avant de devenir l’un des animateurs de la Nouvelle Gauche dans le Puy de Dôme. Secrétaire départemental de l’UGS (1957/60), puis du PSU (1961/64). Professeur à Constantine en Algérie en 1959/60, il avait participé à des pourparlers avec le FLN. Favorable au programme commun, Raymond Guillaneuf quitta le PSU en 1973 pour adhérer au PS. Franc-maçon et libre-penseur, il présida la Ligue des Droits de l’Homme du Puy-de -Dôme de 1995 à 2000, époque où il était premier adjoint au maire de Manzat (63) où il était en retraite.

 
     
ITS Institut Tribune Socialiste

www.institut-tribune-socialiste.fr
contact@institut-tribune-socialiste.fr

logo ITS