Un revenu garanti en agriculture

Mots-clés : Revenu minimum

11 Mai 1987 • Marc Saracino

Le thème du revenu garanti en agriculture a été développé dans les commissions des Assises Paysannes des 17 et 18 Mars 1987 à Bondy. Il s’agissait de savoir combien d’exploitations agricoles on souhaitait maintenir en France, et à partir de là, de définir quel revenu agricole minimum et décent il fallait garantir pour être assuré de conserver au moins 700 000 exploitations agricoles en France dans les années à venir. Il s’agit d’un revenu lié à un volume de production dans une filière donnée et pour une région précise. Partant du principe que l’agriculture industrielle coûte cher lorsqu’on intègre les coûts sociaux (désertification, chômage), la pollution et le stockage des excédents, les Assises ont proposé de faire payer les excédents à ceux qui les produisent — en supprimant toute subvention au-delà du quantum — et de faire payer également la pollution aux pollueurs par un système de taxation.Une autre proposition des Assises est de globaliser les subventions. Pour les responsables syndicaux de la FNSP et de la CNSTP, la mise en place du revenu agricole minimum garanti apparait finalement très aisée par rapport à celle actuelle des pénalités laitières et de la propriété des quotas dont la réglementation, trois ans après leur mise en place, n’est toujours pas élaborée…